Mesures pour l’égalité professionnelle hommes – femmes dans l'industrie pharmaceutique


unsa_chimie_pharma.jpgLe Leem, syndicat patronal de l’industrie pharmaceutique, a signé le 6 juillet avec la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, FO et l’UNSA un nouvel accord sur l’égalité professionnelle hommes – femmes (la CGT s’est déclarée non signataire). Bien que le secteur de l’industrie du médicament affiche des écarts réduits en matière d’égalité professionnelle entre femmes et hommes, des mesures ont été adoptées pour réduire les inégalités constatées dans les plus hauts postes de responsabilités.

Les négociations entre les partenaires sociaux et le Leem ont été ouvertes en mai 2017, suite à la publication par le Leem d’un rapport présentant la situation comparée des femmes et des hommes dans la branche. Ce rapport témoigne d’un taux important de féminisation des emplois dans l’industrie du médicament (57,1% en 2015). Toutefois, des inégalités subsistent au niveau des cadres dirigeants.

Lire la suite...

PPCR menacé ? Lettre au 1er ministre


unsa_fonction_publique.pngLors du Conseil commun de la Fonction publique du 10 juillet, le ministre de l’action et des comptes publics a confirmé le gel du point d’indice, le retour du jour de carence, auxquels s’ajoutent les 120 000 suppressions de postes.

De surcroît, Gérald Darmanin envisage une perspective qui porterait un nouveau coup aux agents : le report du calendrier de montée en charge de PPCR (Parcours professionnels, carrières et rémunérations).

C’est pourquoi, les organisations syndicales signataires du PPCR ont décidé d’écrire au Premier Ministre afin de lui demander expressément de ne pas modifier le calendrier de mise en œuvre du protocole que nous avons signé.

Vous trouverez ici ce courrier envoyé à la Presse le 17 juillet.

Salarié protégé : l’autorité administrative ne peut substituer un autre motif à celui invoqué par l’employeur dans sa demande d’autorisation de rupture


Juridique.jpgLorsque l’employeur demande à l’inspecteur du travail d’autoriser la rupture du contrat de travail d’un salarié protégé, seul le motif qu’il invoque doit être examiné par l’autorité administrative. Celle-ci ne peut lui substituer un autre motif, même s’il aurait été de nature à justifier la rupture.

Les faits. – L’affaire concerne deux salariés protégés, embauchés dans les années 60 par les Houillères du bassin de Lorraine, alors établissement public industriel et commercial. L’activité avait ensuite été progressivement privatisée, de sorte que les contrats de travail des intéressés avaient été transférés à une société de droit privé.

En 2006, l’employeur avait sollicité une autorisation de mise à la retraite de ces deux salariés sur le fondement de l’article L. 1237-5 du code du travail, qui prévoit la possibilité de mettre à la retraite les salariés atteignant l’âge ouvrant droit à la retraite aux taux plein, sous certaines conditions (c. séc. soc. L. 351-8). Or, lors du transfert de leur contrat de travail, ces deux salariés avaient opté pour le maintien de leur affiliation au régime spécial de vieillesse des mines. Ils étaient donc soumis, en matière de mise à la retraite, non pas au régime de droit commun comme l’avait cru l’employeur (c. trav. art. L. 1237-5), mais à celui des mines (décret 54-51 du 16 janvier 1954, JO du 17).

Lire la suite...

Air France : accord signé par l'UNSA pour les PNC


unsa_pnc.jpgAprès un long bras de fer avec la direction, le syndicat UNSA-PNC a accepté de signer le texte fixant les conditions d’exercice, de carrière et de rémunération des personnels navigants commerciaux (PNC) d’Air France. L’accord actuel arrivait à échéance fin octobre 2016. Il a été prolongé à plusieurs reprises le temps de parvenir à un nouvel accord.

L’UNSA a consulté ses adhérents qui “se sont prononcés à 61,6 % en faveur d’une signature des deux accords”.

Lire la suite...

A Marseille, les géants des mers polluent toujours autant


FNE.pngCommuniqué de presse de France Nature Environnement

Jamais deux sans trois, France Nature Environnement est retourné cette semaine à Marseille afin de réaliser de nouvelles mesures de la qualité de l’air. Malgré les décisions encourageantes prises par le port de Marseille et le gouvernement, le nombre de particules fines dans l’air est encore jusqu’à 100 fois plus élevé à proximité du port par rapport à d’autres endroits de la ville.

Une situation préoccupante qui oblige les acteurs concernés à agir rapidement vers des démarches respectueuses de la santé des habitants.

Lire l’intégralité du texte en annexe, ou sur le site de France Nature Environnement

Voir les widgets qualité de l’air en bas de la colonne de droite du blog

La pluridisciplinarité en santé et sécurité au travail


cnfpt.pngRencontre territoriale de la santé et de la sécurité au travail, les 28 et 29 septembre à Marseille.

Devant les transformations du travail, l’émergence de nouveaux risques et l’évolution des rapports au travail, les professionnel.le.s reconnaissent que la prévention des risques professionnels est indispensable mais n’est plus suffisante. Elle doit élargir son champ d’action à une approche globale de la santé, de la sécurité et de la qualité de vie au travail.

Conscientes de cet enjeu, les collectivités cherchent à mailler les expertises et les compétences pour penser le travail autrement. Ainsi, l’approche pluridisciplinaire permet de croiser les regards et d’appréhender de manière collective et transversale la santé et la sécurité au travail.

Voir le programme ici.

Le salarié qui quitte son travail et se voit prescrire le même jour un arrêt maladie ne peut être licencié pour abandon de poste


Juridique.jpgLe salarié qui quitte son lieu de travail sans autorisation de son employeur mais qui est placé le même jour en arrêt de travail ne peut pas être licencié pour faute grave, du fait d’un abandon de poste. En effet, aucune personne ne peut être sanctionnée en raison de son état de santé.

Les faits. – Dans cette affaire, le salarié, chauffeur routier, avait quitté le chantier sur lequel il travaillait et avait été mis en arrêt de travail le jour même pour « anxiété réactionnelle ». Malgré cet arrêt de travail, l’employeur l’avait licencié pour faute grave. Le salarié contestait ce licenciement et réclamait les indemnités de licenciement, les indemnités compensatrices de préavis et de congés payés dont il avait été privé. Sa demande avait été rejetée par la cour d’appel, car celle-ci considérait que la faute grave était constituée.

Lire la suite...

L'UNSA 13 à la Marche des Fiertés marseillaise, le 29 juillet


Flag_Unsa_13.jpgMilitants, adhérents, sympathisants UNSA, participez à la Marche des Fiertés 2017 sous les couleurs de l’UNSA !

Le rendez-vous est fixé aux Mobiles (haut Canebière) le samedi 29 juillet à 15h.

Chaque année, la Marche des fiertés réunit toutes celles et tous ceux qui militent pour l’égalité des droits des lesbiennes, gays, bis, trans.

En 2017, l’UNSA a participé, comme chaque année, à la marche nationale qui s’est déroulée à Paris le samedi 24 juin.

La Marche des Fiertés de Marseille partira à 16h des Mobiles, l’arrivée se faisant devant l’Hôtel de Ville où aura lieu le discours final et un mini-concert, de 18h à 19h.

pride_2017.jpg

Cette année, l’UNSA souhaite souligner sa présence et son engagement dans la lutte contre toutes les discriminations et invite, dès à présent, ses adhérents et sympathisants à se mobiliser pour cette après-midi militante et festive !

En annexe le tract qui sera distribué le 29 juin

L’intersyndicale UNSA/CFDT du laboratoire Alfasigma dit non à un nouveau plan social dans la visite médicale !


unsa_chimie_pharma.jpgLe groupe ALFASIGMA, né de la fusion en 2015 de deux laboratoires pharmaceutiques italiens (ALFA WASSERMANN et SIGMA TAU), a dégagé en 2016 un chiffre d’affaires de 940 millions d’euros, pour un bénéfice net de plus de 95 millions d’euros, soit une rentabilité supérieure à 10%.

Malgré sa situation financière florissante, le laboratoire ALFASIGMA a décidé, quelques mois après la fusion, de procéder à un plan social impliquant la suppression de plus de la moitié de son effectif en France, principalement composé de visiteurs médicaux, soit 44 salariés sur 87. Le nombre de licenciements pourrait même être porté à 69 licenciements, soit 80% de l’effectif, compte tenu des importantes modifications de contrats de travail impliquées par le projet (changements de secteur des visiteurs médicaux).

Lire la suite...

Les difficultés s'accumulent pour la Pride Marseille du 29 juillet 2017.


Flag_Unsa_13.jpgL’UNSA 13 soutient l’appel pour l’organisation de la marche des Fiertés à Marseille, le 29 juillet :

“L’an dernier nous avons été contraints d’annuler la Marche et de nous en tenir à l’organisation d’un rassemblement statique, en contradiction avec l’esprit et les valeurs de visibilité de Stonewall (3 septembre 2016 au Palais Longchamp).

En prévision des difficultés liées à la sécurité, pour cette année 2017 nous avons pris très tôt les contacts nécessaires avec les autorités, Ville de Marseille et Préfecture de Police. En même temps, nous avons sollicité les aides nécessaires (subventions et soutiens techniques) auprès de la Ville, du Département des Bouches-du-Rhône et de la Région, certes avec un peu de retard, en raison du changement de porteur juridique de la PRIDE MARSEILLE.

Néanmoins, aujourd’hui les dossiers n’avancent pas, alors que nous ne sommes qu’à un mois de notre Marche des Fiertés. Les contraintes que l’on nous impose sont prohibitives, en particulier l’exigence de 12 camions que nous devons trouver pour bloquer les rues.

Si nous avons noté l’esprit constructif de la Préfecture de Police, il n’en va pas de même de la volonté municipale. La ville semble peu soucieuse de l’organisation à Marseille d’une Marche des Fiertés, dont l’objectif est pourtant la visibilité LGBT et la reconnaissance des droits humains.”

Lire la suite...

- page 1 de 73

Image banrhgenerique468x60

Unsa Mag n°186

Image unsamag186

Recevez gratuitement les informations UNSA des TPE

Image infope170

Créer sa section syndicale

Image rersasection

 

À propos | Contact | Administration