Dans le cadre du transfert des missions fiscales de la Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI) vers la direction générale des finances publiques (DGFiP), “plus de 28% des contentieux douaniers vont faire l’objet d’une “admission en non valeur”, formule pudique qui cache mal un cadeau de plusieurs milliards d’euros de droits et taxes qui avaient été fraudés au cours de ces dernières années”, fustige l’intersyndicale (CFDT, CGT, USD-FO, Solidaires, UNSA Douanes) dans un communiqué publié lundi.

Lire la suite sur le site latribune.fr