Le Conseil national réaffirme également sa farouche opposition à tous les extrémismes, ceux de l’ultra-droite, de l’ultra-gauche ou les extrémismes religieux et notamment de l’islamisme politique, dont les discours et les actes attaquent, et souvent violemment, la République, ses fondements, ses valeurs et ses représentants.

L’UNSA ne confond pas les responsables ou les militants qui sont engagés en conscience dans ces mouvements antirépublicains, avec les travailleurs qui se font berner par leurs discours. Ces derniers ne doivent pas être pointés du doigt ou méprisés. Au contraire, c’est par la qualité de nos arguments et de nos convictions que nous pourrons les faire revenir dans le champ de la République et du syndicalisme.

L’UNSA est indépendante, mais elle n’est pas neutre ou apolitique. Son indépendance est totale vis-à-vis des partis politiques, des gouvernements ou exécutifs locaux, et des organisations patronales. L’UNSA n’est pas neutre ou apolitique, car elle a un projet syndical pour la justice sociale, pour l’égalité, pour la solidarité entre les travailleurs en France comme en Europe ou dans le monde. Elle agit dans la vie de la cité et concilie la défense des intérêts des travailleurs avec le souci de l’intérêt général.

Forte de ses valeurs, l’UNSA agit pour un syndicalisme de la clarté et s’opposera à tous les mouvements qui menacent la République.

Motion adoptée ce jour à l’unanimité des 141 présents, moins 15 abstentions.