“D’ici décembre, 60 effectifs supplémentaires y seront affectés, et s’ajouteront aux augmentations d’effectifs de 18% pour la police judiciaire, de 10% pour la police aux frontières, et de 41% pour la sécurité intérieure”, précise le ministre de l’Intérieur. Gérard Collomb note en outre que la police de sécurité du quotidien “se traduit aussi à Marseille par de multiples initiatives”, telles que l’arrivée en 2018 de huit délégués à la cohésion police-population en plus des quatre déjà en poste, la déploiement de 400 terminaux Neo supplémentaires en plus des 255 appareils en service (92 smartphones et 133 tablettes), ainsi que 104 caméras mobiles en plus de la dotation actuelle de 55 caméras.

VERS UN hôtel de police DANS LE Ve ARRONDISSEMENT ?

Le ministre de l’Intérieur salue en outre “un investissement immobilier ambitieux” avec le regroupement annoncé de plusieurs compagnies de CRS dans le XIIIe arrondissement de la ville. Ce projet “inscrit dans la programmation triennale pour un montant de 15 millions d’euros, permettra d’améliorer les conditions de travail de 390 agents sur ce site”, note Gérard Collomb. Par ailleurs, la libération de l’emprise d’une de ces compagnies, la CRS 54, dans le Ve arrondissement de la ville, “doit conduire à une réflexion sur un possible réemploi de cette implantation, notamment en vue du regroupement de services dans un nouvel hôtel de police rendu nécessaire tant par la dispersion que par la vétusté de certaines implantations actuelles”.