Initié dès le 19 juin, notamment sur la question de 14 800 jours de récupérations des employés gelés par l’administration municipale, le mouvement avait été arrêté le soir-même par le syndicat FO, qui estimait avoir obtenu des réponses satisfaisantes.

Mais le mouvement a été repris dès le 21 par l’UNSA, la CGT et la FSU : « jusqu’à la fin de la semaine, à raison d’une heure par jour, entre 11h30 et 12h30 », a confirmé Josselyne Cozzolino, secrétaire générale UNSA territoriaux, en dénonçant « le coup de bluff » de FO et un taux d’encadrement d’un agent pour 32 voire 33 enfants, au lieu de 1 pour 25. Selon l’issue des discussions de jeudi, la grève pourrait perdurer à la rentrée.