Des dirigeants, dont Philippe Vallée, le PDG en exercice, ont reçu pour plus de 4,5 millions d’euros « d’actions gratuites » de Gemalto, le 7 juin, en plein plan de licenciements et à la veille de son rachat par Thales. Syndicats et salariés sont scandalisés.

“Gemalto, c’est le Titanic avec les officiers qui se réservent les meilleurs bateaux de sauvetage et se tirent avec la vaisselle en argent ! », lâche un ingénieur ulcéré. « On ne s’attendait pas à moins de leur part…. mais c’est totalement immoral », dénonce Brice Barrier, le délégué des personnels Unsa du centre de recherche de La Ciotat, l’un des trois sites, avec Gémenos et Meudon, touché par le plan de licenciements qui prévoit au final 260 départs « pour restaurer la compétitivité de l’entreprise » et préparer l’OPA conduite par Thales.

Lire ici l’article de Sylvain Fournier paru sur lamarseillaise.fr