Lettre ouverte du SEP-UNSA au Président de la République pour un pacte éducatif


sep.jpgLes résultats sont enfin tombés. Depuis une semaine, nombreux étaient ceux qui se demandaient si pour la première fois en Europe, un parti d’extrême droite allait prendre des régions. Au final, non, ce parti n’a pas réussi à remporter un pouvoir régional. Peut-on s’en réjouir ? Comment analyser ces élections ? Si on ne peut que se féliciter que le Front National ne soit pas parvenu à conquérir des régions, les partis politiques et les élus sauront-ils tirer réellement les conséquences de ce énième cri de colère de l’électorat.

Nous sommes en situation de faillite démocratique. La démocratie représentative est à bout de souffle. Le statut de l’élu amène toujours les mêmes au pouvoir. Les élus ne représentent plus la population. Tant qu’on ne s’attaquera pas à la collusion du politique avec le pouvoir de l’argent, tant qu’on ne s’attaquera pas au néolibéralisme qui crée des inégalités insupportables, le FN continuera à progresser. Il ne reste que 17 mois avant les présidentielles…

Nous en appelons au Président de la République. Les élus et nos concitoyens ont oublié les affres de l’histoire. Nous sommes en situation d’urgence éducative et démocratique. La situation nécessite de construire, à côté du pacte de sécurité, un pacte éducatif.

Face à cette montée des idéologies d’extrême droite, du conservatisme exacerbé, du racisme, de l’islamophobie, il faut un nouveau cap politique autour de l’éducation à la démocratie reposant sur le développement de l’esprit critique, de la coresponsabilité. Le ministère de la Jeunesse et des Sports est légitime à piloter ce cap. Mais ce ministère sera plus fort dans un pôle éducatif. Il faut une réponse face à la faillite démocratique, il faut une politique ambitieuse d’éducation populaire.

Le comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté a permis de se donner enfin de nouvelles priorités. L’essentiel des moyens est alloué à la politique de la ville et on constate que le vote extrémiste se renforce en milieu rural. Une réorientation est nécessaire avec des moyens également pour les territoires ruraux. Celle-ci doit être affinée, plus ambitieuse, repensée en terme de méthode adressée à tous et avec des moyens pérennes. Ces enjeux ne concernent pas que la Jeunesse. Ainsi cette ambition pourrait se traduire par la co-construction avec la société civile d’une loi d’orientation et de programmation sur l’Éducation Populaire et la transformation sociale.

Monsieur le Président, vous avez rendez-vous avec l’histoire. Les 23 millions d’abstentionnistes du premier tour vous ont envoyé un message sur la faillite démocratique de cette Vème République agonisante, il vous appartient de réagir en Homme d’État pour faire baisser le thermomètre du Front National. La victoire appartiendra ainsi à tous les Français !