(30)

Elections chez Adecco

Lors du renouvellement des CE chez Adecco France (leader dans le secteur de l’Intérim avec plus de 100.000 salariés), l’UNSA sort grande gagnante de ces élections, faisant un bond de plus 11 points. L’UNSA avec 20% devient le deuxième syndicat de l’entreprise. La CGT chute lourdement de plus de 8  […]

Lire la suite

Les propositions de la SNCF insuffisantes pour l'UNSA

L’UNSA, deuxième syndicat de la SNCF, a jugé “insuffisantes” samedi les propositions de la direction sur la réorganisation du temps de travail des cheminots, et maintient à ce stade son préavis de grève à partir de mardi, sans écarter d’intervenir au niveau du ministère des Transports.  […]

Lire la suite

Rapport sur le temps de travail dans la fonction publique

L’enquête pilotée par Philippe Laurent est documentée et nuancée. Ses conclusions déplorent le manque de données consolidées et actualisées, mais évaluent à 1 578 heures en moyenne pour la fonction publique territoriale la durée annuelle du travail pour la période 2013-2014, soit 29 heures de moins  […]

Lire la suite

Les salariés d'IBM-France appelés à faire grève

Les salariés du géant de l’informatique IBM-France sont appelés à faire grève à partir de demain pour protester contre un plan de la direction prévoyant la suppression de 360 postes. C’est l’annonce faite par les syndicats des sites de Nice, Marseille et Sophia-Antipolis. Ce PSE, présenté aux  […]

Lire la suite

Loi El Khomri : motion adoptée par le Bureau National de l’UNSA des 18 et 19 mai 2016


2016_faut_kbouge-encore.pngDans le cadre de la résolution du Conseil National et de la mise en oeuvre du plan d’action qui en a découlé, le Bureau National a discuté de l’évolution du projet de loi dit El Khomri.

Il déplore vivement que le recours à l’article 49-3 ait interrompu le débat indispensable à l’Assemblée Nationale, limitant le rééquilibrage encore nécessaire du texte revendiqué par l’UNSA aux amendements de la Commission des Affaires Sociales.

Le Bureau National prend acte que plusieurs d’entre eux reprennent les revendications de l’UNSA et améliore le texte.

Il s’agit notamment :

Lire la suite

SNCF : l'UNSA appelle à la grève reconductible à partir du 31 mai

L’UNSA et la CFDT, respectivement deuxième et quatrième forces syndicales à la SNCF, vont déposer des préavis de grève reconductible à partir du 31 mai pour peser dans les négociations des règles de travail des cheminots. Des discussions sont programmées jusqu’à début juin pour bâtir des règles  […]

Lire la suite

UNSA VTC : il ne faut pas accepter la sauvagerie d'Uber

Sayah Baaroun est secrétaire général du syndicat UNSA dédié aux chauffeurs privés et autres VTC. Montée en octobre 2015, cette organisation fait figure d’exception dans le paysage syndical français. Un chauffeur privé n’est-il pas en effet un patron ? Un syndicat comme l’UNSA ne doit-il pas  […]

Lire la suite

Les partenaires sociaux s'accordent sur une dérogation à la durée minimale légale du temps partiel dans la branche coiffure


Les partenaires sociaux de la coiffure ont conclu, le 21 janvier 2016, un accord relatif aux modalités d’organisation du travail à temps partiel. Celui-ci permet de déroger, pour certains métiers, à la durée minimale légale de 24 heures par semaine.

Tract-A7-TPE-2-Vo-2-0945d.jpg

Ratifié le 21 janvier 2016 par les organisations patronales CNEC et Unec et les syndicats CFDT, CFE-CGC, CFTC et UNSA, l’avenant sur le temps partiel, conclu dans le cadre de la CCN de la coiffure et des professions connexes, a « pour objet et pour effet de régir la situation des salariés dont la durée du travail est inférieure à un temps complet en prenant en considération les réalités économiques du secteur ». Il prévoit ainsi des dérogations à la durée minimale hebdomadaire de travail prévue par la loi de sécurisation de l’emploi du 14 juin 2013 et organise le recours aux compléments d’heures et heures complémentaires.

Ce texte a été déposé le 4 mars dernier à la Direction générale du travail en vue de son extension.

Lire la suite

Ne tirez pas sur les retraités !


unsa_retraites.jpgUNSA Retraités Infos N° 43 - L’édito

« Ouf ! J’arrive à la retraite ! » se disent souvent les actifs en âge de faire valoir leurs droits à la retraite…

Les premiers jours de retraite apportent le plus souvent un sentiment de liberté : plus d’horaires à respecter, plus de rythmes à soutenir, plus d’objectifs à atteindre… Nos caisses de retraite par répartition permettent aux travailleurs français de pouvoir vivre dignement après la carrière terminée. Certes parfois avec des retraites trop faibles, toutefois, notre système reste sécurisé.

Certains rapports évoquent la « richesse des retraités » face aux difficultés rencontrées par les salariés précaires ou aux demandeurs d’emploi.

Mais qu’en est-il exactement ? Ces rapports, souvent repris de façon pernicieuse par certains medias, pour évaluer la « richesse des retraités », tiennent compte du patrimoine. Ne semble-t-il pas logique que l’on soit plus facilement propriétaire à 60 ans plutôt qu’à 20 ans ?

Lire la suite

Un lien indispensable


Form Prof N° 149 - L’édito

Le 30 mars, un événement important s’est déroulé dans notre pays. Il concerne la formation des salariés et des demandeurs d’emploi, donc l’avenir professionnel de beaucoup de citoyens.

Une plateforme commune « État-Régions : ensemble pour l’emploi » a été paraphée à Matignon.

Depuis la loi de mars 2014, les Régions ont la pleine responsabilité opérationnelle de la formation. Le lien indispensable avec l’exécutif, qui définit les textes et les grands axes prioritaires de la nation, a pu ainsi être concrétisé.

Lire la suite

Élections professionnelles : pour le dépôt des listes, un mandat verbal du syndicat est suffisant


Juridique.jpgLa Cour de cassation vient d’autoriser une légère souplesse dans le dépôt des listes électorales : la personne qui dépose les listes doit toujours disposer d’un mandat pour ce faire, en revanche celui-ci peut être simplement verbal (Cass. soc., 10 décembre 2014, n°14-60.447).

Depuis la loi du 20 août 2008, on sait que le délégué syndical n’est pas habilité d’office à présenter une liste de candidats au nom de son syndicat lors des élections professionnelles. Il doit justifier d’un mandat exprès pour ce faire. A défaut de mandat, l’employeur pouvait même retirer d’office la liste de candidats, sans avoir à saisir le tribunal, lorsque le délégué syndical n’avait pas répondu à sa demande de production d’un mandat et qu’il s’était assuré auprès de l’organisation syndicale que ce dernier n’avait effectivement pas reçu mandat à cette fin et que celle-ci ne souhaitait pas présenter de listes aux élections (cass. soc., 30 octobre 2013, n°12-29.952).

Mais le mandat peut-il être simplement verbal ? Oui, nous dit la Cour de cassation. Son raisonnement s’appuie sur l’article 1985 du code civil qui admet qu’un mandat puisse être donné verbalement. Ainsi un délégué syndical ne peut présenter de listes de candidats au nom de son syndicat que lorsqu’il a expressément reçu mandat à cette fin, « ce mandat peut être verbal », précise t’elle. Il est maintenant possible pour le syndicat, dans le cadre d’un litige, d’attester en justice avoir donné mandat au délégué syndical pour présenter la liste contestée.

Lire la suite

Communiqué de presse "Projet de loi El Khomri et 49-3"

Projet de loi El Khomri et 49-3 : au-delà de la méthode, l’UNSA continue son action pour un rééquilibrage du texte Le Conseil des ministres vient de décider d’autoriser le gouvernement à recourir aux dispositions de l’article 49-3 concernant le projet de loi El Khomri. L’UNSA prend acte de  […]

Lire la suite

Affaire Baupin ; les collaborateurs parlementaires s'expriment

Sur le plateau de l’émission Territoires d’Infos, la ministre des Outre Mer, George Pau-Langevin a alerté sur la « situation » particulière des « collaboratrices » d’hommes politiques, qui méritent davantage d’attention, selon elle, en raison du lien de subordination. Contactée par publicsenat.fr,  […]

Lire la suite

UNSA Police appelle les policiers à manifester

Contre la haine des forces de l’ordre, l’UNSA Police appelle tous les policiers à manifester leur ras-le-bol le mercredi 18 juin 2016 Depuis plusieurs semaines maintenant, sous prétexte de manifester sa réprobation contre la «loi travail», des groupuscules d’extrême-gauche exercent des violences  […]

Lire la suite

Des gardiens soupçonnés de radicalisation à la prison d'Arles

Le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas a promis des sanctions contre deux gardiens de prison d’Arles, qui refusent de serrer la main de leurs collègues femmes. “Quand on est surveillant, on sert la République. On doit donc respecter les valeurs qui sont celles de la République. Ce n’est pas une  […]

Lire la suite

Que se passe-t-il si un salarié tombe malade durant ses congés payés ?

L’UNSA a mis un numéro de téléphone à disposition des salarié-e-s des TPE et des particuliers employeurs afin qu’ils puissent obtenir les informations qu’ils souhaitent. Voici un exemple de questionnement que l’UNSA souhaite partager avec tous. Cliquer ici pour lire la réponse. N’oubliez pas de  […]

Lire la suite

La FNAC va externaliser son SAV

La Fnac va fermer son service après-vente pour le confier à un prestataire extérieur, annoncent les syndicats. Les 40 salariés de l’autre filiale (Fnac Direct, chargée du suivi de commandes sur Internet) sont aussi concernés. “On a découvert notre vente par une simple lettre recommandée reçue chez  […]

Lire la suite

Le dialogue social, passionnément


Berille.jpgLe dialogue social, passionnément (édito Luc Bérille UNSA Mag n°176)

Le dialogue social est un combat en France ! Héritière d’une histoire nourrie aux deux mamelles de l’étatique et de l’affrontement, la culture démocratique de notre pays peine à se sortir de ses fondamentaux. Dans ces derniers, l’acception de la démocratie se limite à son champ politique : son volet social est considéré, au pire comme illégitime, au mieux comme suspect…

Deux illustrations en ont été données récemment. Bruno Le Maire, candidat à la primaire de Les Républicains, a ainsi déclaré que, président de la république, « il ne négocierait pas avec les syndicats » et « passerait par ordonnances dès l’été 2017 », manifestant, au passage, une vision très centraliste de la démocratie politique. Sur un autre bord, la méthode gouvernementale d’élaboration du projet de loi El Khomri, oubliant dans un premier temps toute concertation, traduit cette tentation toujours présente de faire l’économie du dialogue social.

Lire la suite