Chez SFR, les deux syndicats majoritaires, l’UNSA et la CFDT, inquiets de l’avenir de l’entreprise, ont proposé à la direction de reconduire l’accord baptisé « New Deal » et signé en 2016. Ce plan avait encadré le plan de départs volontaires, qui avait abouti à la suppression d’un tiers des effectifs, soit 5 000 postes.

Valable jusqu’au 30 juin 2019, l’UNSA et la CFDT souhaitent proroger ce plan jusqu’au 31 décembre 2021. Les syndicats souhaitent que la direction s’engage à maintenir les effectifs de l’opérateur à 9 400 personnes, soit le nombre de salariés travaillant actuellement chez SFR.

SFR, qui comptait 15 000 salariés au moment du rachat de l’opérateur par Patrick Drahi en 2014, devait maintenir ses effectifs à 10 000 personnes jusqu’au 30 juin 2019. Mais, depuis le plan de départs volontaires de l’an dernier, les démissions se sont poursuivies.