En redressement judiciaire depuis septembre 2017, l’IFAC Provence s’apprête à licencier 108 de ses salariés permanents. Grevée d’une dette d’1,8 million d’euros, elle devrait présenter son plan social le 22 mai lors d’une audience au tribunal de grande instance.

« Le plan n’est pas cohérent, les moyens ne sont pas suffisants pour que les gens partent dans de bonnes conditions », estime Élisabeth Caruette de l’UNSA.

Alors que l’IFAC Provence est en crise, les salariés accusent depuis des mois l’IFAC national de vouloir reprendre la main localement.