Les fédérations syndicales ne sauraient accepter une stratégie de contournement de la part du gouvernement qui refuserait d’entendre les arguments et les propositions des organisations syndicales. La colère des élus locaux et des usagers qui vont voir disparaître leurs lignes de proximité et qui vont devoir mettre la main au portefeuille ainsi que celle des cheminots dont le contrat social serait remis en cause doit être entendue par le Gouvernement.

Les enjeux vitaux pour les cheminots et la population portés par les préconisations du rapport SPINETTA qui remettent en question l’avenir du transport ferré comme service public au service de l’ensemble des citoyens et des territoires, méritent mieux qu’un passage en force législatif.

Alors que le premier ministre doit annoncer lundi 26 Février le calendrier et la méthode retenue, les organisations syndicales CGT – UNSA – SUD-Rail et CFDT préviennent qu’en cas de recours à l’ordonnance, le gouvernement portera l’entière responsabilité d’un conflit majeur. Nous ne laisserons pas un gouvernement quel qu’il soit préempter le service public ferroviaire l’année même des 80 ans de la SNCF.

Dès à présent, nous appelons donc l’ensemble des salariés du ferroviaire et les usagers à se préparer à une mobilisation d’ampleur pour préserver ce qui constitue le bien commun de la nation.