unsa_com.jpgLes salariés du groupe redoutent un “démantèlement” de l’opérateur. Dans une résolution adoptée à la quasi unanimité, les élus du comité central d’entreprise demandent “de stopper l’ensemble” des “réorganisations sans lien avec la stratégie présentée” et se préparent à saisir la justice.

Les départs en cascade chez l’opérateur inquiètent. Déjà fin novembre dernier, le comité central d’entreprise de SFR se demandait s’il y avait encore “un pilote dans l’avion” chez SFR et votait une motion de défiance à l’encontre de la direction. Il y dénonçait entre autres “le plan de départ volontaire” enclenché chez SFR qui “suscite un véritable mal-être chez les salariés”, sans parler “des réorganisations d’ampleur en interne” sans consultation des instances au préalable.

Aujourd’hui, les deux organisations syndicales majoritaires, UNSA et CFDT, ont décidé de saisir la justice pour des violations “graves et réitérées” des accords d’entreprise.

Les élus se disent effarés par les réorganisations “mises en place ou projetées” et explique que “les salariés ne peuvent plus admettre cette stratégie à la petite semaine, souvent contradictoire, avec une gestion erratique des ressources humaines, qui conduit à faire que, chaque jour, des managers disparaissent des organigrammes dans des conditions d’une violence inouïe, laissant les équipes sans direction claire et sans perspectives”.

Ils demandent donc à la direction d’arrêter les “réorganisations sans lien avec la stratégie présentée” et mandatent le secrétaire “pour mettre en œuvre toute action juridique et judiciaire au respect des prérogatives de l’instance”.