“Pas de grève d’une journée car nous ne pouvons pas nous permettre de perdre une journée de salaire. Et en plus, nous ne voulons pas pénaliser les clients à une semaine de Noël”, a précisé sur France Bleu Provence Eric Pouet, de l’UNSA.

Selon lui, “en quelques années, nous sommes passés de 800 à 530 salariés alors que la superficie du magasin n’a pas changé. A cause de ce sous-effectif, les employés subissent une grosse pression psychologique, certains ont des problèmes de santé.” “Les clients sont en droit d’attendre des rayons pleins, sans attente aux caisses.”

Les salariés ont profité de la visite de la direction régionale et nationale ce lundi pour faire valoir leurs revendications. “Et comme par hasard aujourd’hui, du personnel intérimaire est venu nous aider alors que ça fait des mois que nous réclamons des renforts”, s’emporte Eric Pouet.

Les mécontents sont-ils prêts à remettre ça ? “Oui bien sûr, sauf si la direction nous promet des embauches et des travaux pour améliorer nos conditions de travail”.