Consommer des produits pour “tenir, pour dormir ou récupérer” prend de plus en plus d’ampleur. Le docteur en psychologie Marie Pezé, responsable du réseau des consultations de l’association Souffrance et travail, estime que ce lien est évident et parle même d’une situation “catastrophique”. Elle constate une augmentation générale des traitements qu’ils soient licites ou illicites.

D’après plusieurs enquêtes nationales, on constate que la France est l’un des pays les plus consommateurs de médicaments psychotropes d’Europe.

L’augmentation de la consommation de produits analgésiques (morphine, paracétamol, etc.) et des médicaments, utilisés pour les troubles bipolaires ou dépressifs, démontre une banalisation dans la consommation de ces produits. 1 actif sur 3 consommerait des médicaments en lien avec des problèmes rencontrés au travail.

La substance illicite la plus utilisée reste le cannabis, avec 42% des adultes qui déclarent en avoir déjà consommé.
Les secteurs les plus touchés par le recours aux produits psychoactifs sont le transport, le secteur agricole, la pêche et la marine, les métiers des arts et du spectacle, mais aussi la restauration ainsi que l’information et la communication.