logo_se.png«Aller à l’école cinq jours par semaine est un enjeu important pour les enfants les plus défavorisés», avertit Stéphane Crochet, secrétaire général du syndicat SE-Unsa.

Selon lui, «si certains enfants ne souffriront pas d’aller un jour en moins à l’école», pour d’autres cette cinquième matinée est «cruciale» pour la maîtrise de fondamentaux comme «l’apprentissage de la langue».

«S’ils ne vont pas à l’école, ces enfants-là n’iront nulle part», craint-il.

Lire ici l’article complet paru sur liberation.fr