L’UNSA déplore qu’en conséquence, sur la feuille de paye du mois de janvier 2018, la rémunération sera en baisse en raison des hausses de cotisations « retraite » des fonctionnaires.

Concernant le protocole PPCR, le ministre a réaffirmé son application durant le quinquennat. Mais l’UNSA regrette vivement l’annonce d’un report du calendrier de mise en œuvre d’un an. Seule, une réunion supplémentaire sur les conséquences de cette annonce a été obtenue. Elle devrait avoir lieu avant le 6 novembre.

Cette décision remet en cause la parole de l’Etat et fragilise les futures discussions. Surtout, elle ne reconnait pas les efforts demandés aux agents publics depuis 2011, date du premier gel de la valeur du point d’indice.

Malgré la confirmation du maintien de la GIPA pour l’année 2017, ce rendez-vous salarial va se traduire par un recul pour l’ensemble des agents.

A l’heure du Grand chantier sur l’action publique 2022, l’UNSA Fonction Publique rappelle qu’aucune réforme ne devrait se faire sans les agents publics. Les annonces d’aujourd’hui ne sont pas les signaux positifs que ceux-ci méritaient ni que l’UNSA attendait.

Luc Farré
Secrétaire Général de UNSA Fonction Publique