La structure catholique s’était déjà réunie en 2015, estimant que le personnel Ogec, notamment les personnels d’éducation, les ASEM, les secrétaires, … ne travaillaient pas assez (ils avaient trop de congés) et étaient trop payés, les organisations maisons (Cfdt, Cftc, Spelc) avaient alors convenu d’une augmentation du temps de travail et/ou de la diminution des congés payés.

Cet été, les mêmes se sont réunis pour décider d’une augmentation du point d’indice de 0.6% alors que L’État, depuis 3 ans, donne toujours plus : +0.78 en 2015, + 1.16 en 2016 et +1.91 pour 2017.

A noter que des organisations non-représentatives ont été conviées et qu’elles s’y sont rendues (Cgt, Fo, Cfe-Cgc), … Les frais de déplacement étaient probablement remboursés … sur le dos du personnel ?

Une part du forfait d’externat serait-elle détournée ? Pour : améliorer les salaires des directeurs ? subventionner les représentants des évêques (DDEC) ? pour rémunérer les proches, membres des conseils de direction ? … ?

Pour le Snep UNSA, les accointances étant ce qu’elles sont, les contrôles s’avérant difficiles, L’État, plutôt que de verser une subvention doit employer directement le personnel non-enseignant des établissements privés sous contrat ainsi qu’il le fait pour les enseignants fonctionnaires et contractuels.