Aujourd’hui, dans le monde du travail, il est plus facilement admis de lutter contre le racisme, les discriminations du handicap, ou de promouvoir l’égalité femme-homme, que de combattre les LGBTphobies.

A l’UNSA, nous ne pouvons nous résoudre à accepter que des salariés renoncent à certains de leurs droits, s’inventent une autre vie, pour ne pas subir le regard et la violence de leur entourage professionnel.

Nous ne pouvons rester sans réaction face aux moqueries, insultes, discriminations, placardisations qui perdurent.

C’est pourquoi l’UNSA agit en soutenant et en accompagnant les victimes de discriminations, de violences ou de harcèlement.

C’est pourquoi l’UNSA intervient en proposant des actions de formation et de sensibilisation sur les discriminations afin de changer le regard des collègues dans les entreprises et les administrations.

Mais nous pensons aussi qu’il est indispensable que des politiques publiques ambitieuses soient menées afin de combattre de manière volontariste les discriminations liées à l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

Par notre présence aujourd’hui à la marche des fiertés marseillaise, nous tenons à réaffirmer la solidarité de l’UNSA aux associations, et notre soutien aux personnes LGBT.

Nous voulons aussi réaffirmer notre engagement envers toute initiative en faveur de la lutte contre les LGBTphobies. Le slogan de l’UNSA, que vous voyez sur nos drapeaux, ne colle-t-il pas parfaitement au mot d’ordre d’aujourd’hui ? Libres, ensemble.

Libres parce que nous sommes des personnes responsables de nos choix ; nous les revendiquons, et les assumons pleinement, chacun, individuellement.

Et ensemble, parce que nous ne sommes pas isolés, livrés à nous-mêmes. Nous savons nous unir, être solidaires, pour être plus forts.

Ainsi, ces combats qui sont les vôtres, qui sont les nôtres, c’est libres, et ensemble que nous les gagnerons.