“La Ville de Marseille, ne semble pas à la hauteur des espoirs que les LGBT placent en elle. Il est incompréhensible que nos droits de citoyens soient si peu et si mal pris en compte. Nous demandons à la Ville de s’engager pour les droits des personnes LGBT dans cette ville. La visibilité que permet la Pride a valeur de soutien public pour faire face à tous les relents LGBT-phobes. Elle permet d’attirer l’attention sur la situation des populations LGBT discriminées à travers le monde, et ainsi de lutter pour l’égalité des droits et la reconnaissance des droits humains. Nous attendons de notre Maire qu’il s’érige en premier rempart des discriminations. Soutenir les personnes LGBT témoignera de sa bonne volonté dans la lutte contre les ostracismes et les intolérances.

Il est inimaginable que Marseille soit la seule ville de France qui ne permette pas et ne favorise pas, l’organisation d’une Pride, d’une Marche de visibilité conforme à l’esprit et à l’héritage de Stonewall.

Nous demandons à toutes les associations, aux entreprises LGBT et LGBT-friendly, aux syndicats et aux personnalités politiques de tous bords, mais également à toutes les personnes LGBT ou non soucieuses du respect des droits humains, de se mobiliser et de soutenir notre action.

Nous demandons au gouvernement de mettre fin à l’ostracisme qui se manifeste à l’égard des LGBT dans notre ville. L’état d’urgence ne doit pas signifier un déni de la liberté et de la démocratie.

La PRIDE MARSEILLE, comme toutes les Pride, est un défilé pacifique. Elle est un appel à la tolérance, à l’accueil, au respect des personnes, autant de “revendications” qui font et feront du bien à cette ville.

Marseille est l’une des plus grandes métropoles de ce pays. Elle est un pôle majeur du sud de la France. Elle est observée de tous les coins de la Méditerranée. Marseille doit être à la hauteur de son rêve et de son avenir. N’en doutons pas, les personnes LGBT sont au cœur de cet avenir inclusif.

Faute de renouveler la subvention qu’elle attribuait en 2015 et 2016, la VILLE DE MARSEILLE doit nous aider à trouver les moyens dont nous avons besoin (notamment les 12 camions nécessaires pour sécuriser notre Marche), car Marseille ne doit pas être la seule ville de France qui ne favorise pas l’organisation d’une Marche des Fiertés LGBT.”

Merci d’adresser vos signatures (nom et prénom pour les personnes, nom de l’association, de l’établissement ou de l’organisation pour les autres) à chdeleusse@yahoo.fr