Pour les organisations syndicales : “c’est l’existence même des radios locales qui est en jeu maintenant”. Les syndicats pointent du doigt le projet de la direction de France Bleu pour la rentrée de septembre prochain et évoquent trois “régressions”. D’abord, la “confiscation du 8h45/9h25 pour une émission nationale animée par une star de télé”. Ensuite, la “nationalisation d’une autre tranche déjà sinistrée par la baisse de moyens : le 14h/16h”. Enfin, le “retour du concept ancien de “global” avec à la clé une charge supplémentaire pour les rédactions locales et une perte d’actu locale”.

Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, SNJ, SUD, UNSA exigent de la direction de France Bleu le retrait immédiat du projet de programme national de 8h45 à 9h25 et de global à la charge des locales présenté au CCE Extraordinaire du 19 avril dernier, la possibilité laissée aux stations qui le souhaitent de conserver une antenne locale de 14h à 16h, le respect de l’identité du réseau : la proximité. Enfin, elles demandent la prise en compte des idées qui ont émergé des ateliers de grilles et “la fin de l’autoritarisme dont l’ensemble des personnels du réseau souffre comme jamais”.