On les utilise

Radicalement contre le port du voile, le FN ferait-il montre d’un combat pour la libération des femmes, dont il ne supporterait pas qu’on les contraigne de la sorte ? Non. En revanche, utiliser cet argument pour stigmatiser et rejeter une partie d’entre elles semble avoir de longue date séduit les membres du parti, qui utilise même ces arguments délirants pour menacer les électeurs des pires sanctions divines s’ils reculaient devant les urnes.

“Si nous perdons, le voile sera imposé à toutes les femmes, la charia remplacera notre constitution, la barbarie s’installera”, a récemment tweeté Marine Le Pen. Oui, et des licornes maléfiques tomberont du ciel, des sorcières brûleront les ongles de pied des enfants et transformeront les résistants en statues de pâte à sel. Brrr.

Les mères célibataires clouées au pilori

Si elles sont brossées dans le sens du poil, Marine Le Pen ne manquant jamais une occasion de rappeler qu’elle est elle-même une mère de trois enfants divorcée, les mères seules sont cependant accusées de bien des maux qui les dépassent.

Abordant le suicide des enfants, dont les chiffres sont alarmants, le parti tente d’analyser ce mal-être juvénile bien français : “cet état dépressif et cette grave détresse des jeunes et des enfants sont le résultat de la destruction de la cellule familiale, ayant perdu ses repères, sa valeur d’exemple, d’absences de limites clairement définies (autorité, respect mérite), de la situation économique précaire particulièrement des mères seules pour élever leurs enfants, de l’isolement moral et psychique créé par internet, face book et autres jeux vidéo sans surveillance”, mettant dans un même sac un peu foutraque face book, donc (en deux mots), la diabolique Toile et les mères seules manifestement incapables d’autorité, sans expliquer par ailleurs le rôle du fameux papa hétérosexuel blanc parti on ne sait où…