On les soupçonne d’avorter comme on va chez le coiffeur

“Je considère qu’aujourd’hui, ce sont des associations politisées qui véhiculent une banalisation de l’avortement.” Pour Marion Marechal-Le Pen, c’est bien simple, les plannings familiaux sont des facilitateurs d’IVG destinés à des femmes aujourd’hui habituées à aller se faire avorter aux frais de la princesse comme on va se faire faire un balayage. Du coup, couic, elle a décidé de couper les subventions ! Les jeunes filles en difficulté, les contraceptifs délivrés aux plus précaires, fragiles, isolées, l’écoute de femmes souvent victimes de violences, de discriminations dans leur accès à la santé ? Hop, au panier, dépensières !

Si elle a feint de prendre ses distances quant à cette décision toute personnelle, n’oublions pas que tata Marine est l’auteur, en 2012, de la célèbre notion d’ “avortement de confort”. Quant au parti lui-même, il parlait il y a quelques années en évoquant l’avortement de… “génocide anti-français”.

On veut les punir comme des enfants

Histoire d’appâter le chaland, le FN propose plein de petits trucs sympas pour la famille, et notamment pour les mamans. Abaissement de l’âge de la retraite pour les courageuses qui auront eu trois enfants, aide à la garde (laquelle ? mystère), fameux salaire parental pour celles et ceux qui souhaiteraient rester au foyer (mis “dès que les finances le permettront” précise toutefois le texte)…

Mais attention, avertit le projet, gare à celles qui sortiraient du droit chemin, car “si une telle politique crée des droits, elle implique aussi des devoirs. Les facilités qu’elle procure supposent que les parents assument leurs responsabilités vis-à-vis de leurs enfants. En cas de manquement, ils devraient en être partiellement ou même totalement privés, sur décision de justice.” Bim. Quant à savoir quels sont ces fameux “manquements” à ses responsabilités de parents, on n’en sait guère davantage…