L'intersyndicale de la métropole dénonce le "système marseillais"


territoriaux.jpgA l’exception de FO, l’ensemble des organisations de la métropole, réunies en intersyndicale, dénoncent l’absence de dialogue social, et refusent de siéger au Comité technique.

Pour Christian Cheftel (UNSA), “La politique de la chaise vide, ce n’est pas notre façon de faire. Nous souhaitons au contraire travailler ensemble pour construire. Mais dans ces instances, tout est décidé à l’avance, souvent avec Force ouvrière. Malgré la forte représentativité de l’Intersyndicale, rien ne change”.

Lire ci-dessous l’article paru dans La Provence du mardi 10 octobre.

Lire la suite...

Retour sur le débat sur la Loi Travail organisé par la Marseillaise

la marseillaise.png

A l’invitation du journal la Marseillaise, l’UNSA13 a participé à une rencontre-débat sur le sujet de la loi Travail (enjeux, débat et perspectives). Cette initiative s’est déroulée jeudi 28 septembre dans les locaux du journal.

Ont participé à ce débat : Pierre Dharréville, député PCF, Frédéric Verdet, vice-président de la CPME 13 ; Fabrice Angei, secrétaire confédéral de la CGT ; Yannick Ohanessian, pour l’UNSA13, et Baptiste Giraud, politiste, maître de conférences en sciences politiques, spécialiste des relations professionnelles.
Un représentant de La République en marche a été sollicité, mais l’invitation a été déclinée par le parti macroniste.

Retrouvez ici le compte-rendu des échanges paru sur le site de la Marseillaise.

L'UNSA13 participe à un débat sur la réforme du Code du travail


la marseillaise.pngA l’invitation du journal la Marseillaise, l’UNSA13 participera à une rencontre-débat sur le sujet de la loi Travail (enjeux, débat et perspectives).

Cette initiative se déroulera jeudi 28 septembre 2017 de 18h30 à 20h30, dans les locaux du journal, Cours d’Estienne d’Orves, Marseille 1er.

Les participants seront : un élu LREM, Pierre Dharréville (député PCF), Fabrice Angei (CGT), Alain Gargani (président CMPE13), Baptiste Giraud (universitaire), et Yannick Ohanessian (UNSA).

Le débat sera animé par Sébastien MADAU (la Marseillaise) et Michel Couartou (Club de la presse Paca).

La nature des interventions consistera en des questions posées à chacun avec, évidemment, la possibilité d’échanger entre participants.

La rencontre est publique. Chaque participant à la possibilité de venir accompagné par environ une dizaine de personnes de son entourage.

Une tribune des "réformistes" dans Les Echos


les échos.pngRéforme du travail : le compte n’y est pas

La CFDT, la CFTC et l’Unsa portent une vision réformiste du syndicalisme. Elles militent pour que la négociation et le contrat soient au coeur de la régulation des relations de travail, à tous les niveaux et notamment dans l’entreprise, au plus près des salariés.

Face aux mutations du travail et de l’économie, face aux transitions numérique et écologique, notre rôle est de sécuriser l’emploi, les conditions de vie et de travail, les parcours professionnels en construisant de nouvelles protections et de nouveaux droits pour les salariés.

Fort de ce point de vue réformiste, mis en pratique par nos militants depuis des décennies dans les branches et les entreprises, nous prenons ensemble la parole aujourd’hui.

Macron n’a pas tiré les leçons du passé

Lire aussi cette tribune sur le site lesechos.fr

Lire la suite...

Stagnation du nieveau de vie des français depuis...2008


logo-insee-header.pngL’enquête publiée par l’Insee sur l’année 2014 confirme que les français voient leur niveau de vie stagner depuis 2008. Les écarts entre les personnes les plus modestes et les plus aisées sont importants.

En effet, les 10% les plus modestes de la population vivent avec moins de 10 770 euros annuels alors que les 10% les plus aisés vivent avec plus de 37 260 euros annuels.

Lire la suite...

Luc Bérille, secrétaire général de l’UNSA, dans l’émission " les décodeurs de l’économie"sur BFM Business


luc-bfm-24_aout_2017.jpgLuc Bérille, secrétaire général de l’UNSA, a été l’invité de BFM Business dans l’émission ” les décodeurs de l’économie”.

Il s’est exprimé sur le thème de la rentrée politique et économique du Gouvernement : politique fiscale et cotisations sociales.

Pour visionner l’émission, cliquer ici.

Dissensions à l'Assemblée sur le licenciement des collaborateurs parlementaires


uscp_unsa.jpgLe licenciement des collaborateurs parlementaires a fait débat jeudi à l’Assemblée, tant pour ceux concernés par l’interdiction des emplois familiaux, que pour les salariés privés de poste dans la foulée de la défaite de leur employeur aux législatives.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi pour la “confiance dans la vie publique”, des députés de droite comme de gauche ont notamment plaidé pour soumettre les licenciements de collaborateurs “pour fin de mandat et d’ordre familial aux dispositions du licenciement économique”, et non pour “motif personnel” comme c’est actuellement le cas, ce qui octroie un accompagnement moins favorable.

C’est une revendication de longue date des syndicats de collaborateurs (qui sont environ 3.000 dans les deux chambres). Une intersyndicale (CFTC, CGT, UNSA, CFE-CGC, Solidaires, SNCP-FO) l’a notamment rappelé mercredi, plaidant dans un communiqué pour que les débats soient “l’occasion de lever la suspicion” sur leur profession après “plusieurs mois de dénigrement du Parlement”.

Lire ici l’article paru sur lentreprise.lexpress.fr

Éric Scherrer dénonce l'accord de branche sur l'ouverture de magasins le dimanche


seci.jpgInvité sur Sud Radio, Éric Scherrer, président du SECI-UNSA, a dénoncé l’accord de branches qui permettra l’ouverture de nombreux magasins le dimanche, à partir du 1er août.

Ainsi, plus de 120 enseignes d’habillement dont Zara, Célio, H&M, ou encore Kiabi pourront ouvrir suite à la signature de cet accord.

Lire la suite...

A Marseille, les géants des mers polluent toujours autant


FNE.pngCommuniqué de presse de France Nature Environnement

Jamais deux sans trois, France Nature Environnement est retourné cette semaine à Marseille afin de réaliser de nouvelles mesures de la qualité de l’air. Malgré les décisions encourageantes prises par le port de Marseille et le gouvernement, le nombre de particules fines dans l’air est encore jusqu’à 100 fois plus élevé à proximité du port par rapport à d’autres endroits de la ville.

Une situation préoccupante qui oblige les acteurs concernés à agir rapidement vers des démarches respectueuses de la santé des habitants.

Lire l’intégralité du texte en annexe, ou sur le site de France Nature Environnement

Voir les widgets qualité de l’air en bas de la colonne de droite du blog

Le dialogue social enfin enseigné (merci Jean-François Pilliard)


usine_nouvelle.pngUne chaire “Dialogue social et compétitivité des entreprises” a été lancée le 17 novembre 2016 par l’ESCP Europe, école de management parisienne, avec le soutien d’Airbus, Renault, Solvay et Sodexo. C’est Jean-François Pilliard, ex délégué général de l’UIMM, qui s’est penché sur son berceau. (…)

Jean-François Pilliard, par ailleurs membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE), avait remis en juin à la ministre du Travail un rapport rédigé avec Luc Bérille (secrétaire général de l’UNSA) sur le développement du dialogue social en France, véritable plaidoyer pour cette méthode. (…)

Lire ici l’article de Cécile Maillard, publié sur le site L’Usine Nouvelle.

Le vote au 1er tour des législatives par proximité syndicale


Dans le cadre du premier tour des élections législatives de 2017, Harris Interactive a réalisé une enquête afin de mieux qualifier le vote des électeurs. Pour AEF, Harris Interactive a analysé le vote au regard de la proximité syndicale.

legislatives_par_affinite_syndicale.jpg

Lire ici l’enquête complète.

Expression Directe


expression_directe.jpgProchaines émissions Expression Directe :


  • 5 minutes sur le thème “Actualité syndicale selon Luc Bérille”, programmées


france_inter.pngsamedi 1er juillet à 19h55 sur France Inter

france_bleu.pngdimanche 2 juillet à 6h55 sur France Bleu


  • 4 minutes sur le thème “Ces femmes et ces hommes au service de tous”, programmées


france_2.jpgmardi 25 juillet à 0h30 sur France 2 

france_5.jpgjeudi 27 juillet à 8h50 sur France 5




Enfin un socle social pour l’Union européenne !


sante_au_travail.gifLa Commission européenne vient de proposer un socle de vingt principes sociaux pour les salariés de l’Union, concernant notamment la santé et la sécurité au travail. Ils devront être adoptés en novembre au sommet social de Göteborg avant de devenir contraignants.

« C’est le grand retour du social à l’agenda communautaire après une dizaine d’années d’absence ! », se réjouit Philippe Pochet, directeur général de l’Institut syndical européen (Etui). Alors que la précédente Commission, dirigée par José Manuel Barroso, estimait que les États devaient déréguler le social pour faire face à la crise, la Commission Juncker veut le réintégrer au niveau européen. Elle proclame vingt grands principes pour renforcer les droits sociaux. « Ce choix est éminemment politique, car il s’agit d’enrayer ainsi la baisse du soutien à l’intégration européenne, et la montée des populismes chez les classes populaires », commente Philippe Pochet.

Lire ici l’article paru sur sante-et-travail.fr

Grève à France Bleu


La direction de France Bleu a décidé de réorganiser les programmes. En supprimant, sans concertation aucune, les journaux nationaux de 7 heures, 7h30 et 8 heures pour en confier la réalisation à chacune des 44 rédactions locales. De nouveaux postes pourraient ainsi être supprimés à Paris, selon la CGT.

Les syndicats CGT, CFDT, SNFORT, SNJ, SUD, UNSA, ont déposé un préavis de grève pour le jeudi 18 mai. En cause : l’absence de respect de l’identité du réseau : la proximité.

Lire ici l’article publié sur humanite.fr

Rapport sur l'accès à l'emploi des personnes handicapées


Agir_13.jpg“En 2015, d’après l’enquête Emploi, 43 % des personnes reconnues handicapées sont actives en France : 35 % en emploi et 8 % au chômage. Elles ont trois fois moins de chances d’être en emploi que les personnes non handicapées ayant les mêmes caractéristiques, et deux fois plus de chances d’être au chômage.

Quand les personnes reconnues handicapées travaillent, elles occupent plus souvent un emploi d’ouvrier non qualifié et moins souvent de cadre. Elles travaillent plus souvent à temps partiel et sont plus souvent en situation de sous-emploi. 18 % de celles qui sont au chômage déclarent avoir perdu leur travail à la suite d’une rupture de contrat pour maladie ou invalidité. Elles sont aussi plus nombreuses que les autres à évoquer un licenciement autre qu’économique.

Leurs périodes de chômage sont plus longues. La part des personnes handicapées en recherche d’emploi depuis au moins un an atteint 63 % (contre 45 % pour l’ensemble des chômeurs). Cette ancienneté dans le chômage dépasse même 3 ans pour près de 28 % d’entre elles (contre 14 %).

Si l’on considère plus globalement les personnes « en situation de handicap », qui ont une reconnaissance de handicap ou se déclarent limitées depuis au moins 6 mois dans leurs activités par un problème de santé, l’accès à l’emploi apparaît également difficile, mais moins que pour les seules personnes reconnues handicapées.”

Lire le rapport de la DARES ici.

Rapport 2016 sur la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie


Agir_13.jpgRapporteur national indépendant, la CNCDH publie le Rapport 2016 sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie.

“L’année 2016 est marquée par une progression de l’indice de tolérance et une diminution des actes racistes ayant fait l’objet d’un signalement aux forces de police et de gendarmerie, cette dernière tendance devant être mise en perspective avec l’importance du « chiffre noir » en matière de contentieux raciste. Malgré cette tendance positive dont on peut se réjouir, dans l’ensemble, le niveau du racisme en France demeure inquiétant.”

Lire le rapport ici.

Luc Bérille s'exprime sur une éventuelle réforme du code du travail


Emmanuel Macron a annoncé qu’il entendait réformer dès cet été le Code du travail en passant par la voie des ordonnances. L’opinion de Luc Bérille, secrétaire général de l’UNSA, sur le site du quotidien La Croix.

“Le recours aux ordonnances n’est pas d’après nous la méthode la plus adaptée pour légiférer, surtout quand il s’agit d’un sujet aussi sensible que la modification du Code du travail, qui met en jeu des questions d’équilibre et de justice.”

Lire ici l’article publié sur le site de La Croix.

Rapport annuel sur l'homophobie


Agir_13.jpgA quelques jours de la la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et transphobie, célébrée tous les 17 mai (voir en fin de page), l’association SOS Homophobie - partenaire de l’UNSA - vient de publier son rapport annuel. Vous pouvez en prendre connaissance en annexe, ou sur le site de l’association.

Au fil des 166 pages de ce rapport, un certain nombre des actes ou paroles homophobes répertoriés concernent le monde du travail, dans lequel l’homophobie et la transphobie se manifestent par le refus de promotion, la mise au placard, et parfois même le licenciement.

Ce document montre également que le département des Bouches-du-Rhône fait partie de ceux pour lesquels l’association a reçu en 2016 plus de 20 témoignages.

Pour l’UNSA, la lutte contre les discriminations et la promotion de la diversité sont un combat quotidien. Aussi, l’UNSA appelle à l’engagement de toutes ses militantes et tous ses militants à combattre l’homophobie et à refuser la loi du silence ; refuser de se taire devant l’injustice, faire valoir les droits et imposer l’égalité.

Lire la suite...

8 mars, journée des Femmes


Mais qu’en pense le Front national (3ème partie) ?

Merci à Adèle Bréau, Responsable du pôle Web sur Terrafemina.com

Lire la suite...

Financement des syndicats et du patronat : c’est plus clair


cles_du_social.jpgLe Fonds pour le financement du dialogue social créé en 2015 vient de publier son premier rapport.

La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale l’avait institué afin de donner un financement clair au paritarisme et aux organisations syndicales et patronales. Les règles précédentes étaient peu transparentes et sans véritable contrôle. Elles avaient entrainé de la méfiance, voire des accusations de détournement de fonds en particulier de la formation professionnelle.

En 2015, les syndicats ont perçu 77,7 millions d’euros et les organisations patronales 37 millions.

Lire ici l’article paru sur clesdusocial.com

- page 1 de 9

 

À propos | Contact | Administration