Expression Directe


expression_directe.jpgProchaines émissions Expression Directe :


  • Émission de 5 minutes dans laquelle Luc Bérille commentera l’actualité sociale et syndicale.

france_inter.pngsamedi 23 juin à 19h55 sur France Inter

france_bleu.pngdimanche 24 juin à 6h55 sur France Bleu



Retrouvez toutes les émissions sur le site de l’UNSA, rubrique “Écouter, voir”

Le présentéisme au travail


Le présentéisme est fortement ancré dans la culture française. Dans cet article, nous allons tenter d’en savoir plus sur ce mal qui fait des ravages dans nos entreprises. C’est un vrai problème de santé au travail souvent plus lié à la culture qu’à la charge de travail. Cela fait partie des nouveaux risques psychosociaux qui impactent la qualité de vie au travail.

Qu’est-ce que le présentéisme?

Le présentéisme est un comportement adopté par un grand nombre de salariés lorsqu’ils se retrouvent en groupe. Il consiste à rester plus longtemps à leur poste de travail que s’ils n’étaient seuls. En clair, le soir, très souvent, le premier à quitter l’open space est l’employé qui se soucie peu du regard de ses collègues ou alors celui qui n’a pas d’autre solution que de partir parce qu’il a des obligations familiales comme un enfant à aller chercher à l’école par exemple.

Lire ici l’intégralité de l’article paru sur new-cfo.fr

L'UNSA Services Judiciaires interpelle la Chancellerie


L’Unsa « Services judiciaires », syndicat majoritaire qui représente les greffiers et fonctionnaires des tribunaux, a donné une petite conférence de presse dans la cafétéria du nouveau tribunal de Paris (…) mardi 15 mai, pour faire part du « mépris » dans lequel la ministre de la Justice tient leur profession.

«Nous n’avons pas été consultés sur le projet de loi de programmation pour la justice, alors que si rien ne concerne le greffe en particulier, l’impact sur le personnel est très important», explique Hervé Bonglet, secrétaire général de l’Unsa Services Judiciaires.

Lire ici l’article complet paru sur dalloz-actualite.fr

Plan social signé à Gemalto


unsa_industrie.jpgAvant d’intégrer Thalès, Gemalto lâche du lest et trouve un accord sur son plan social.

Après un peu plus de trois mois de négociations, quatre syndicats de personnel (CFE-CGC, UNSA, FO et CFDT) et la direction de Gemalto ont trouvé un accord pour l’application du plan social annoncé en décembre dernier. Pressée de conclure le dossier avant le rachat effectif par Thalès, Gemalto a revu à la hausse les conditions de ce plan.

Lire ici l’article paru sur marsactu.fr
Lire ici l’article paru sur lamarseillaise.fr

Emploi "au noir" à la mairie d'Auriol, selon la CRC


L’antenne régionale de la Cour des Comptes s’est penchée sur le cas d’un agent de la mairie d’Auriol, employé du 1er septembre 2004 au 1er décembre 2015 en qualité de non-titulaire. Elle précise alors que « cette période d’emploi est jalonnée d’anomalies de gestion. »

S’il a d’abord été employé pendant quatre ans comme agent non-titulaire de remplacement, passant au bout de neuf mois du 1er échelon au 10e échelon de grade alors qu’il faut 4 ans, il a ensuite travaillé pendant un an en tant qu’attaché non titulaire au 6ème échelon.

Son contrat expiré, il a ensuite travaillé trois ans et trois mois supplémentaires sans aucun contrat, jusqu’à ce que le maire décide de transformer en contrat à durée indéterminée (CDI) rétroactivement au 12 mars 2012 le contrat inexistant.

Réponse de la mairie d’Auriol : “Il faut prendre avec des pincettes les excès des magistrats financiers. Eux aussi peuvent se tromper.”

Lire ici l’intégralité de l’article paru sur le site “Décider et Entreprendre”

Luc Bérille sur LCI et BFM


Luc Bérille, secrétaire général de l’UNSA, est invité sur le plateau de la chaine de télévision LCI le samedi 31 mars à partir de 12h30.

Il sera également sur le plateau de l’émission de Fabrice Lundy, “les décodeurs de l’éco”, sur BFM Business, le mardi 3 avril de 19h à 20h.



Dans les 2 cas, Il interviendra sur la situation sociale en France.

Une nouvelle donne syndicale à la Métropole d'Aix-Marseille


territoriaux.jpgL’intersyndicale CGT, UNSA, FSU de la métropole Aix-Marseille-Provence veut peser dans les négociations et mettre fin aux vieilles pratiques héritées de la co-gestion à la sauce marseillaise.

La gestion des œuvres sociales pourrait être un nouveau point d’achoppement après celui du temps de travail.

Lire ici l’article paru sur lamarseillaise.fr

Expression directe


Émission de 2 minutes sur le thème : “les EHPAD, une question de société qui nous concerne tous”

france_2.jpgmardi 13 mars sur France 2 vers 13h50

france_5.jpgvendredi 16 mars sur France 5 vers 22h30 

france_3.jpgsamedi 17 mars sur France 3 vers 17h





Luc Bérille sur France Culture


france culture.pngLuc Bérille, secrétaire général de l’UNSA, interviendra en direct de 18h20 à 19h sur France Culture, dans l’émission « Du Grain à moudre » du 28 février prochain.

L’émission, animée par Hervé Gardette, aura pour titre : «Cheminots, fonctionnaires… Faut-il déboulonner les statuts ? »

Les collaborateurs parlementaires toujours hors la loi


Parmi les collaborateurs des députés « En marche », l’égalité salariale a encore du chemin à faire. Les collaborateurs masculins gagnent 11% de plus en moyenne.

Par ailleurs, 88 % de ces collaborateurs disent réaliser « souvent » ou « tout le temps » des heures supplémentaires. 92 % d’entre eux déclarent qu’elles ne sont pas payées. “Il est vrai que la majorité actuelle n’a jamais affirmé un amour très prononcé pour le code du travail.”

« Nous demandons depuis longtemps la mise en place d’une convention collective pour les collaborateurs parlementaires. En somme, une mise en conformité avec le droit du travail », rappelle Florence Faye, du syndicat UNSA des collaborateurs parlementaires. Ces demandes, formulées depuis plusieurs législatures au Parlement, n’ont toujours pas reçu de réponses considérées comme satisfaisantes.

Lire ici l’article paru sur bastamag.net

Mobilisation de la justice


UNSA_SJ.jpgAvocats, magistrats, greffiers, fonctionnaires, ils étaient 400 rassemblés jeudi pour une justice de meilleure qualité, et dénoncer l’absence de concertation avant la grande réforme de la justice annoncée par le gouvernement.

“Une logistique obsolète, des bâtiments trop petits, des bureaux exigus et des salles d’audience en nombre très insuffisant, des conditions de travail dégradées, un manque récurrent de personnel… Trop de malfaçons et pas assez de budget”, explique Isabelle Fernandez, secrétaire régionale de l’UNSA - Services judiciaires. “On nous a vendu une justice de proximité. Au lieu de cela, on s’éloigne de plus en plus du justiciable”, déplore-t-elle.

Le compte-rendu complet de cette mobilisation est à lire dans La Provence du vendredi 16 février.

La parité progresse dans les IRP


50-50.jpgLa direction de la recherche (Dares) a étudié la féminisation des fonctions d’élu du personnel entre 2001 et 2012, en se focalisant sur les comités d’entreprise et les délégations uniques. En dix ans, la part des femmes y est passée de 32 % à 40 %.

Et 40 %, c’est 3 points de moins que la proportion de femmes parmi les salariés appelés à voter quand l’écart était de 8 points en 2001, l’année où la loi Génisson avait commencé à imposer une négociation annuelle sur l’égalité entre hommes et femmes.

Contrairement à d’autres organisations, l’UNSA fait partie de celles qui jouent le jeu.

Lire la suite...

Tribune de l’UNSA Santé suite de la grève nationale des EHPAD


UNSA_Sante_sociaux.jpg« Le secteur de la prise en charge de nos aînés est dans une crise sévère »

Le 30 janvier 2018 a été une journée très particulière. A l’appel d’une intersyndicale très large (7 Organisations syndicales soutenues par un grand nombre d’associations), les professionnels du secteur et les familles des personnes prises en charge, les retraités se sont retrouvés dans la rue autour d’un plateau revendicatif restreint, mais néanmoins particulièrement ambitieux.

Pour mémoire, nous en portons 4 revendications communes :

  • Application d’un agent ou d’un salarié par résident, tel que prévu par le Plan Solidarité Grand Age de 2006 ;
  • Abrogation des dispositions législatives relatives à la réforme de la tarification des EHPAD, contenues dans la loi du 28 décembre 2015 ainsi que le retrait des décrets d’application ;
  • Arrêt des baisses de dotations induites par la convergence tarifaire et exige par conséquent le maintien de tous les effectifs des EHPAD, y compris les contrats aidés qui doivent être intégrés et sécurisés ;
  • Amélioration des rémunérations des personnels, des perspectives professionnelles et des carrières dans le cadre du statut et des Conventions Collectives Nationales ».

Un tel consensus n’a jamais été vu de mémoire de syndicaliste

Lire la suite...

D’ici 2030, 375 millions de travailleurs vont devoir changer de métier à cause de l’automatisation


La nouvelle étude de McKinsey sur les conséquences de l’automatisation sur l’emploi estime que 375 millions de travailleurs devront changer de métier en 2030. Une transformation d’une ampleur jamais vue depuis celle qui a touché l’agriculture. Malgré tout, il y aura assez de travail pour maintenir le plein emploi, assurent les experts, mais ils préviennent aussi que les transitions seront très difficiles.

14 % de la main d’œuvre mondiale sera affectée par l’automatisation à l’horizon 2030, soit 375 millions de travailleurs qui vont devoir apprendre de nouvelles tâches, voire de nouveaux métiers. tel est le calcul d’une nouvelle étude du cabinet McKinsey. Ainsi, dans plus de la moitié des professions, au moins un tiers des activités pourront être automatisées et 15 % des heures travaillées. En France, cela représente plus de cinq heures par semaine.

Lire ici l’article complet paru sur novethic.fr

Vingt millions d'actifs français se dopent pour tenir au travail


De quoi être inquiet ; sur les 29 millions d’actifs en poste ou au chômage que recensait l’INSEE pour l’année 2016, 20 millions ont déjà consommé une substance psychotrope légale ou illégale. Lors du deuxième congrès “travail, santé et usage de psychotropes”, l’association Additra dévoile les risques de ces substances avec le travail.

Lire la suite...

Semaine de 4 jours... un retour en arrière


logo_se.png«Aller à l’école cinq jours par semaine est un enjeu important pour les enfants les plus défavorisés», avertit Stéphane Crochet, secrétaire général du syndicat SE-Unsa.

Selon lui, «si certains enfants ne souffriront pas d’aller un jour en moins à l’école», pour d’autres cette cinquième matinée est «cruciale» pour la maîtrise de fondamentaux comme «l’apprentissage de la langue».

«S’ils ne vont pas à l’école, ces enfants-là n’iront nulle part», craint-il.

Lire ici l’article complet paru sur liberation.fr

Une enquête sur le Contrôle des chômeurs contredit les idées reçues


Alors que l’un des aspects de la future réforme de l’assurance-chômage vise à renforcer les contrôles, le journal Les Échos publie une enquête montrant que seulement 14 % des personnes inscrites à Pôle Emploi et qui ont fait l’objet d’un contrôle, ont été radiées en 2016.

Selon Bruno Ducoudré, de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), les contrôles évoqués dans l’étude de Pôle emploi sont, pour une bonne part, « ciblés sur une population de demandeurs d’emploi spécifique dont le risque de démotivation est plus élevé ». « La proportion de prétendus “profiteurs” est donc très faible, et il s’agit en fait plutôt de personnes qui ont baissé les bras et qu’il s’agit de remobiliser, d’accompagner, poursuit-il. La très grande majorité des demandeurs d’emploi souhaite réellement travailler , et une part importante reste inscrite – et se réinscrit en cas de radiation – alors qu’ils ne touchent pas d’indemnisation chômage. »

Après l’étude de l’Insee démontrant que les transferts sociaux réduisent nettement les inégalités (lire ici), cette enquête vient enfoncer le clou sur l’inanité de bon nombre de discours démagogiques.

Lire en annexe l’article paru sur lemonde.fr

De l'impact positif des prestations sociales sur la réduction des inégalités


Une étude de l’Insee démontre - enfin, pourrait-on dire - que les transferts sociaux réduisent nettement les inégalités, même si l’impact varie fortement d’une région à l’autre. D’après une étude basée sur des chiffres de 2014, l’Institut avance en effet que la redistribution réduit nettement les inégalités monétaires.

De quoi faire taire les plus libéraux qui passent leur temps à critiquer les “charges” et l’assistanat ? Certainement pas ! Sinon, cette information aurait fait la une de la presse.

Lire la suite...

Expression directe


expression_directe.jpgProchaines émissions Expression Directe :


  • Émission de 5 minutes dans laquelle Luc Bérille commentera l’actualité sociale et syndicale.

france_inter.pngsamedi 4 novembre à 19h55 sur France Inter

france_bleu.pngdimanche 5 novembre à 6h55 sur France Bleu



  • Émission de 4 minutes sur le thème : “Négocier : la méthode syndicale utile aux salariés”.


france_2.jpgmardi 7 novembre à 0h30 sur France 2

france_5.jpgjeudi 9 novembre à 8h50 sur France 5




Harcèlement sexuel au travail


En 2014, le Défenseur des droits estimait à 20 % le nombre de femmes actives à y avoir été confrontées.

Deux articles traitent du sujet sur le Net, le premier sur le site juritravailcom, le second sur novethic.fr. Vous en trouverez un extrait, ainsi que les liens, ci-dessous.

Lire la suite...

- page 1 de 10

 

À propos | Contact | Administration