D’ici 2030, 375 millions de travailleurs vont devoir changer de métier à cause de l’automatisation


La nouvelle étude de McKinsey sur les conséquences de l’automatisation sur l’emploi estime que 375 millions de travailleurs devront changer de métier en 2030. Une transformation d’une ampleur jamais vue depuis celle qui a touché l’agriculture. Malgré tout, il y aura assez de travail pour maintenir le plein emploi, assurent les experts, mais ils préviennent aussi que les transitions seront très difficiles.

14 % de la main d’œuvre mondiale sera affectée par l’automatisation à l’horizon 2030, soit 375 millions de travailleurs qui vont devoir apprendre de nouvelles tâches, voire de nouveaux métiers. tel est le calcul d’une nouvelle étude du cabinet McKinsey. Ainsi, dans plus de la moitié des professions, au moins un tiers des activités pourront être automatisées et 15 % des heures travaillées. En France, cela représente plus de cinq heures par semaine.

Lire ici l’article complet paru sur novethic.fr

Vingt millions d'actifs français se dopent pour tenir au travail


De quoi être inquiet ; sur les 29 millions d’actifs en poste ou au chômage que recensait l’INSEE pour l’année 2016, 20 millions ont déjà consommé une substance psychotrope légale ou illégale. Lors du deuxième congrès “travail, santé et usage de psychotropes”, l’association Additra dévoile les risques de ces substances avec le travail.

Lire la suite...

Semaine de 4 jours... un retour en arrière


logo_se.png«Aller à l’école cinq jours par semaine est un enjeu important pour les enfants les plus défavorisés», avertit Stéphane Crochet, secrétaire général du syndicat SE-Unsa.

Selon lui, «si certains enfants ne souffriront pas d’aller un jour en moins à l’école», pour d’autres cette cinquième matinée est «cruciale» pour la maîtrise de fondamentaux comme «l’apprentissage de la langue».

«S’ils ne vont pas à l’école, ces enfants-là n’iront nulle part», craint-il.

Lire ici l’article complet paru sur liberation.fr

Une enquête sur le Contrôle des chômeurs contredit les idées reçues


Alors que l’un des aspects de la future réforme de l’assurance-chômage vise à renforcer les contrôles, le journal Les Échos publie une enquête montrant que seulement 14 % des personnes inscrites à Pôle Emploi et qui ont fait l’objet d’un contrôle, ont été radiées en 2016.

Selon Bruno Ducoudré, de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), les contrôles évoqués dans l’étude de Pôle emploi sont, pour une bonne part, « ciblés sur une population de demandeurs d’emploi spécifique dont le risque de démotivation est plus élevé ». « La proportion de prétendus “profiteurs” est donc très faible, et il s’agit en fait plutôt de personnes qui ont baissé les bras et qu’il s’agit de remobiliser, d’accompagner, poursuit-il. La très grande majorité des demandeurs d’emploi souhaite réellement travailler , et une part importante reste inscrite – et se réinscrit en cas de radiation – alors qu’ils ne touchent pas d’indemnisation chômage. »

Après l’étude de l’Insee démontrant que les transferts sociaux réduisent nettement les inégalités (lire ici), cette enquête vient enfoncer le clou sur l’inanité de bon nombre de discours démagogiques.

Lire en annexe l’article paru sur lemonde.fr

De l'impact positif des prestations sociales sur la réduction des inégalités


Une étude de l’Insee démontre - enfin, pourrait-on dire - que les transferts sociaux réduisent nettement les inégalités, même si l’impact varie fortement d’une région à l’autre. D’après une étude basée sur des chiffres de 2014, l’Institut avance en effet que la redistribution réduit nettement les inégalités monétaires.

De quoi faire taire les plus libéraux qui passent leur temps à critiquer les “charges” et l’assistanat ? Certainement pas ! Sinon, cette information aurait fait la une de la presse.

Lire la suite...

Expression directe


expression_directe.jpgProchaines émissions Expression Directe :


  • Émission de 5 minutes dans laquelle Luc Bérille commentera l’actualité sociale et syndicale.

france_inter.pngsamedi 4 novembre à 19h55 sur France Inter

france_bleu.pngdimanche 5 novembre à 6h55 sur France Bleu



  • Émission de 4 minutes sur le thème : “Négocier : la méthode syndicale utile aux salariés”.


france_2.jpgmardi 7 novembre à 0h30 sur France 2

france_5.jpgjeudi 9 novembre à 8h50 sur France 5




Harcèlement sexuel au travail


En 2014, le Défenseur des droits estimait à 20 % le nombre de femmes actives à y avoir été confrontées.

Deux articles traitent du sujet sur le Net, le premier sur le site juritravailcom, le second sur novethic.fr. Vous en trouverez un extrait, ainsi que les liens, ci-dessous.

Lire la suite...

L'intersyndicale de la métropole dénonce le "système marseillais"


territoriaux.jpgA l’exception de FO, l’ensemble des organisations de la métropole, réunies en intersyndicale, dénoncent l’absence de dialogue social, et refusent de siéger au Comité technique.

Pour Christian Cheftel (UNSA), “La politique de la chaise vide, ce n’est pas notre façon de faire. Nous souhaitons au contraire travailler ensemble pour construire. Mais dans ces instances, tout est décidé à l’avance, souvent avec Force ouvrière. Malgré la forte représentativité de l’Intersyndicale, rien ne change”.

Lire ci-dessous l’article paru dans La Provence du mardi 10 octobre.

Lire la suite...

Retour sur le débat sur la Loi Travail organisé par la Marseillaise

la marseillaise.png

A l’invitation du journal la Marseillaise, l’UNSA13 a participé à une rencontre-débat sur le sujet de la loi Travail (enjeux, débat et perspectives). Cette initiative s’est déroulée jeudi 28 septembre dans les locaux du journal.

Ont participé à ce débat : Pierre Dharréville, député PCF, Frédéric Verdet, vice-président de la CPME 13 ; Fabrice Angei, secrétaire confédéral de la CGT ; Yannick Ohanessian, pour l’UNSA13, et Baptiste Giraud, politiste, maître de conférences en sciences politiques, spécialiste des relations professionnelles.
Un représentant de La République en marche a été sollicité, mais l’invitation a été déclinée par le parti macroniste.

Retrouvez ici le compte-rendu des échanges paru sur le site de la Marseillaise.

L'UNSA13 participe à un débat sur la réforme du Code du travail


la marseillaise.pngA l’invitation du journal la Marseillaise, l’UNSA13 participera à une rencontre-débat sur le sujet de la loi Travail (enjeux, débat et perspectives).

Cette initiative se déroulera jeudi 28 septembre 2017 de 18h30 à 20h30, dans les locaux du journal, Cours d’Estienne d’Orves, Marseille 1er.

Les participants seront : un élu LREM, Pierre Dharréville (député PCF), Fabrice Angei (CGT), Alain Gargani (président CMPE13), Baptiste Giraud (universitaire), et Yannick Ohanessian (UNSA).

Le débat sera animé par Sébastien MADAU (la Marseillaise) et Michel Couartou (Club de la presse Paca).

La nature des interventions consistera en des questions posées à chacun avec, évidemment, la possibilité d’échanger entre participants.

La rencontre est publique. Chaque participant à la possibilité de venir accompagné par environ une dizaine de personnes de son entourage.

Une tribune des "réformistes" dans Les Echos


les échos.pngRéforme du travail : le compte n’y est pas

La CFDT, la CFTC et l’Unsa portent une vision réformiste du syndicalisme. Elles militent pour que la négociation et le contrat soient au coeur de la régulation des relations de travail, à tous les niveaux et notamment dans l’entreprise, au plus près des salariés.

Face aux mutations du travail et de l’économie, face aux transitions numérique et écologique, notre rôle est de sécuriser l’emploi, les conditions de vie et de travail, les parcours professionnels en construisant de nouvelles protections et de nouveaux droits pour les salariés.

Fort de ce point de vue réformiste, mis en pratique par nos militants depuis des décennies dans les branches et les entreprises, nous prenons ensemble la parole aujourd’hui.

Macron n’a pas tiré les leçons du passé

Lire aussi cette tribune sur le site lesechos.fr

Lire la suite...

Stagnation du nieveau de vie des français depuis...2008


logo-insee-header.pngL’enquête publiée par l’Insee sur l’année 2014 confirme que les français voient leur niveau de vie stagner depuis 2008. Les écarts entre les personnes les plus modestes et les plus aisées sont importants.

En effet, les 10% les plus modestes de la population vivent avec moins de 10 770 euros annuels alors que les 10% les plus aisés vivent avec plus de 37 260 euros annuels.

Lire la suite...

Luc Bérille, secrétaire général de l’UNSA, dans l’émission " les décodeurs de l’économie"sur BFM Business


luc-bfm-24_aout_2017.jpgLuc Bérille, secrétaire général de l’UNSA, a été l’invité de BFM Business dans l’émission ” les décodeurs de l’économie”.

Il s’est exprimé sur le thème de la rentrée politique et économique du Gouvernement : politique fiscale et cotisations sociales.

Pour visionner l’émission, cliquer ici.

Dissensions à l'Assemblée sur le licenciement des collaborateurs parlementaires


uscp_unsa.jpgLe licenciement des collaborateurs parlementaires a fait débat jeudi à l’Assemblée, tant pour ceux concernés par l’interdiction des emplois familiaux, que pour les salariés privés de poste dans la foulée de la défaite de leur employeur aux législatives.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi pour la “confiance dans la vie publique”, des députés de droite comme de gauche ont notamment plaidé pour soumettre les licenciements de collaborateurs “pour fin de mandat et d’ordre familial aux dispositions du licenciement économique”, et non pour “motif personnel” comme c’est actuellement le cas, ce qui octroie un accompagnement moins favorable.

C’est une revendication de longue date des syndicats de collaborateurs (qui sont environ 3.000 dans les deux chambres). Une intersyndicale (CFTC, CGT, UNSA, CFE-CGC, Solidaires, SNCP-FO) l’a notamment rappelé mercredi, plaidant dans un communiqué pour que les débats soient “l’occasion de lever la suspicion” sur leur profession après “plusieurs mois de dénigrement du Parlement”.

Lire ici l’article paru sur lentreprise.lexpress.fr

Éric Scherrer dénonce l'accord de branche sur l'ouverture de magasins le dimanche


seci.jpgInvité sur Sud Radio, Éric Scherrer, président du SECI-UNSA, a dénoncé l’accord de branches qui permettra l’ouverture de nombreux magasins le dimanche, à partir du 1er août.

Ainsi, plus de 120 enseignes d’habillement dont Zara, Célio, H&M, ou encore Kiabi pourront ouvrir suite à la signature de cet accord.

Lire la suite...

A Marseille, les géants des mers polluent toujours autant


FNE.pngCommuniqué de presse de France Nature Environnement

Jamais deux sans trois, France Nature Environnement est retourné cette semaine à Marseille afin de réaliser de nouvelles mesures de la qualité de l’air. Malgré les décisions encourageantes prises par le port de Marseille et le gouvernement, le nombre de particules fines dans l’air est encore jusqu’à 100 fois plus élevé à proximité du port par rapport à d’autres endroits de la ville.

Une situation préoccupante qui oblige les acteurs concernés à agir rapidement vers des démarches respectueuses de la santé des habitants.

Lire l’intégralité du texte en annexe, ou sur le site de France Nature Environnement

Voir les widgets qualité de l’air en bas de la colonne de droite du blog

Le dialogue social enfin enseigné (merci Jean-François Pilliard)


usine_nouvelle.pngUne chaire “Dialogue social et compétitivité des entreprises” a été lancée le 17 novembre 2016 par l’ESCP Europe, école de management parisienne, avec le soutien d’Airbus, Renault, Solvay et Sodexo. C’est Jean-François Pilliard, ex délégué général de l’UIMM, qui s’est penché sur son berceau. (…)

Jean-François Pilliard, par ailleurs membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE), avait remis en juin à la ministre du Travail un rapport rédigé avec Luc Bérille (secrétaire général de l’UNSA) sur le développement du dialogue social en France, véritable plaidoyer pour cette méthode. (…)

Lire ici l’article de Cécile Maillard, publié sur le site L’Usine Nouvelle.

Le vote au 1er tour des législatives par proximité syndicale


Dans le cadre du premier tour des élections législatives de 2017, Harris Interactive a réalisé une enquête afin de mieux qualifier le vote des électeurs. Pour AEF, Harris Interactive a analysé le vote au regard de la proximité syndicale.

legislatives_par_affinite_syndicale.jpg

Lire ici l’enquête complète.

Expression Directe


expression_directe.jpgProchaines émissions Expression Directe :


  • 5 minutes sur le thème “Actualité syndicale selon Luc Bérille”, programmées


france_inter.pngsamedi 1er juillet à 19h55 sur France Inter

france_bleu.pngdimanche 2 juillet à 6h55 sur France Bleu


  • 4 minutes sur le thème “Ces femmes et ces hommes au service de tous”, programmées


france_2.jpgmardi 25 juillet à 0h30 sur France 2 

france_5.jpgjeudi 27 juillet à 8h50 sur France 5




Enfin un socle social pour l’Union européenne !


sante_au_travail.gifLa Commission européenne vient de proposer un socle de vingt principes sociaux pour les salariés de l’Union, concernant notamment la santé et la sécurité au travail. Ils devront être adoptés en novembre au sommet social de Göteborg avant de devenir contraignants.

« C’est le grand retour du social à l’agenda communautaire après une dizaine d’années d’absence ! », se réjouit Philippe Pochet, directeur général de l’Institut syndical européen (Etui). Alors que la précédente Commission, dirigée par José Manuel Barroso, estimait que les États devaient déréguler le social pour faire face à la crise, la Commission Juncker veut le réintégrer au niveau européen. Elle proclame vingt grands principes pour renforcer les droits sociaux. « Ce choix est éminemment politique, car il s’agit d’enrayer ainsi la baisse du soutien à l’intégration européenne, et la montée des populismes chez les classes populaires », commente Philippe Pochet.

Lire ici l’article paru sur sante-et-travail.fr

- page 1 de 9

 

À propos | Contact | Administration