Face à la haine, face à Le Pen, la République Réplique


face_a_la_haine.jpgLes résultats inquiétants du premier tour de l’élection présidentielle ont placé l’extrême-droite, à travers Marine Le Pen, au second tour ; une mobilisation citoyenne s’impose pour réaffirmer notre attachement aux valeurs de la République et de la démocratie.
Madame Le Pen a beau avoir bénéficié de maintes complaisances médiatiques, intellectuelles et politiques dans son entreprise de banalisation, elle n’en demeure pas moins une ennemie de ces valeurs.

Ce jeudi 4 mai à Paris, un grand concert sera donné sur la place de la République de 18h00 à minuit. Une vingtaine d’artistes et de personnalités viendront animer cet événement citoyen majeur.






Lire la suite...

Mesure de l'audience syndicale interprofessionnelle en Paca et dans le 13


Representativite_locale.jpg

Vous trouverez en annexe les chiffres complets par région et par département.

1er mai républicain


1er_mai.pngLa CFDT appelle à un pique-nique républicain le 1er Mai à Fos-sur-Mer.
L’UNSA 13 a décidé de s’y associer afin d’exprimer, ensemble, notre opposition à la vision réactionnaire et identitaire du Front national et pour appeler à voter pour le candidat républicain au second tour de la présidentielle.

L’Union départementale UNSA des Bouches-du-Rhône appelle donc tous ses militants et militantes à participer nombreux le 1er mai à midi, sur la plage, face à la maison de la Mer (Traverse du Canal, 13270 Fos-sur-Mer).

Les inscriptions se font à : contact@cfdt13.fr ou 04 91 33 40 73

Le pique-nique républicain sera suivi d’une conférence de presse commune. Ce sera l’occasion de réaffirmer les valeurs de l’UNSA, incompatibles avec les idées portées par une extrême droite aux portes du pouvoir.

Retrouvez en annexe l’appel national.

L'UNSA 13 aussi


danger.jpgEn tant qu’organisation syndicale, l’UNSA n’a pas donné de consigne de vote pour le premier tour de l’élection présidentielle, en faveur de tel ou telle candidat(e) se situant dans l’arc démocratique et républicain.

Tel n’est pas le cas du Front National et de sa candidate, Marine Le Pen, dont le programme, fondé sur une conception autoritaire du pouvoir, sur le nationalisme et la xénophobie, menacerait la démocratie, fracturerait violemment le pays et l’exposerait à des conséquences sociales et économiques graves.

C’est pourquoi l’UNSA, parce qu’elle est une organisation syndicale fondée sur une charte des valeurs, est aussi dans son rôle en mettant en garde contre les conséquences qu’aurait un tel vote.

Par conséquent, et comme elle l’avait fait à l’occasion du second tour des élections régionales de 2015, l’Union départementale UNSA des Bouches-du-Rhône appelle expressément à barrer la route au Front National, en votant pour Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle.

L'UNSA appelle à faire barrage au Front National


danger.jpgLe Conseil National de l’UNSA, réuni le 26 avril 2017, appelle les salariés et les citoyens à faire barrage à Marine Le Pen et au Front National en utilisant le 7 mai prochain le bulletin Macron, seul candidat républicain en lice.

Fidèle à sa charte des valeurs, l’UNSA ne peut en effet qu’alerter sur le danger de l’arrivée au pouvoir d’État d’une candidate dont le programme, fondé sur une conception autoritaire du pouvoir, sur le nationalisme et la xénophobie, menacerait la démocratie dont le syndicalisme est une expression, fracturerait violemment le pays et l’exposerait à des conséquences sociales et économiques graves.

Pour l’UNSA, dans ce moment très sensible de la vie de notre pays, la préservation du cadre démocratique, des libertés fondamentales, dont la liberté syndicale, et du vivre ensemble républicain est une exigence absolue. En portant cette exigence par le bulletin de vote, l’UNSA ne donne de chèque en blanc à personne. Elle ne renonce en rien à ses mandats, à sa liberté d’analyse, de revendication et d’action, et à son indépendance.

La réanimation de l’hôpital d’Aubagne dans le viseur de l’ARS.


UNSA_Sante_sociaux.jpgLe schéma régional d’organisation des soins (SROS) 2012-2016 indiquait déjà la fermeture de quelques sites de réanimation dans les Bouches-du-Rhône.

L’analyse des besoins de ce territoire doit prendre en compte l’offre proposée par établissement. La pénurie des professionnels, l’optimisation des prises en charge et la pérennisation de la permanence des soins conduisent à la suppression de quatre sites.

Ces suppressions font suite :

- au regroupement d’activités dans le cadre de la création d’une structure nouvelle issue du regroupement de deux établissements.
- aux regroupements de 4 unités de 8 lits sur des zones géographiques très proches pour des impératifs de qualité et de sécurité des soins.
- à la réorganisation d’un établissement multi sites répondant aux exigences sécuritaires.

L’hôpital d’Aubagne, qui était en concurrence avec un hôpital privé voisin, s’est vu octroyé le renouvellement de son autorisation d’activité de réanimation en janvier 2017, pour une durée de 5 ans.
Or, curieusement, nous apprenons que le nouveau directeur de l’ARS veut aboutir au transfert de cette activité vers l’hôpital privé. Il a déjà procédé au changement de directeur par intérim (7 ans) par une nouvelle directrice par intérim dans l’attente de la nomination d’un nouveau chef d’établissement.

L’intersyndicale s’est réunie et a décidé d’interpeller la population et les agents pour leur expliquer les conséquences de ce transfert.

Une conférence de presse est prévue le 4 mai à 14h à l’hôpital.

Pour l’instant aucune action n’est envisagée dans l’attente de l’annonce de la feuille de route imposée par l’ARS à la directrice par intérim.

Lire en annexe le tract de l’intersyndicale.

Election présidentielle : le vote au premier tour selon la proximité syndicale


Dans le cadre du premier tour de l’élection présidentielle, Harris Interactive a réalisé ce dimanche 23 avril une enquête afin de mieux qualifier le vote des électeurs. Pour Liaisons Sociales Quotidien – Wolters Kluwer, Harris Interactive a analysé le vote au regard de la proximité syndicale.

Note-Harris-vote-1er-tour-de-lelection-presidentielle-proximite-syndicale-Liaisons-sociales.jpg

Enquête réalisée en ligne le dimanche 23 avril 2017 en journée. Échantillon de 7 191 inscrits sur les listes électorales, issus d’un échantillon représentatif de 7830 Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Retrouvez les détails de l’enquête ici.

Dimanche 23 avril : votez !


drapeau.jpg

Ce dimanche 23 avril se déroulera le premier tour de l’élection présidentielle. L’enjeu de ce scrutin ne doit échapper à personne. Il s’agit en effet de désigner le ou la Présidente de la République qui, pendant cinq ans, se trouvera à la tête du pays. Or, en France, cette fonction est d’autant plus importante que la constitution donne au chef de l’Etat des pouvoirs très importants.

Ce choix appartient aux citoyens et à eux seuls. C’est pourquoi l’UNSA appelle toutes et tous les électeurs à ne pas s’en détourner et à faire massivement usage de leur droit de vote.

L’UNSA a interpellé les principaux candidats démocrates à partir de ses propres propositions syndicales en matière économique et sociale. Elle a rendu compte de ces entretiens régulièrement dans UNSA Infos. Ils ne recoupent pas l’ensemble du champ politique mais peuvent contribuer à éclairer les choix de chacune et de chacun.

A chaque électrice, à chaque électeur désormais de choisir, selon ses convictions personnelles.

En tant qu’organisation syndicale, l’UNSA n’a pas à donner de consigne de vote en faveur de tel ou telle candidat(e) se situant dans l’arc démocratique et républicain. Tel n’est pas le cas du Front National et de sa candidate, Marine Le Pen, dont le programme, fondé sur une conception autoritaire du pouvoir, sur le nationalisme et la xénophobie, menacerait la démocratie, fracturerait violemment le pays et l’exposerait à des conséquences sociales et économiques graves. C’est pourquoi l’UNSA, parce qu’elle est une organisation syndicale fondée sur une charte des valeurs, est aussi dans son rôle en mettant en garde contre les conséquences qu’aurait un tel vote.

Avec UNSA-VTC, la plateforme Uber est attaquée aux prud'hommes


unsa_vtc.jpgComme annoncé jeudi par un représentant de l’UNSA, une dizaine de dossiers de chauffeurs VTC attaquant les plateformes ont été déposés vendredi aux prud’hommes pour tenter d’obtenir la requalification de leurs contrats de partenariat en contrats de travail, selon les informations du Figaro.

Les chauffeurs en question accusent Uber de “salariat déguisé”.

Lire la suite...

Service public : Impartialité, Neutralité, Intégrité


cartes-alf-8-42cfd.jpg

La santé au coeur des missions du service public


cartes-alf-7-ce07f.jpg

Représentativité dans les conventions collectives


_fort.pngPour être représentatif dans une branche, un syndicat doit y avoir recueilli 8 % des suffrages.

Vous trouverez en annexe un tableau présentant, pour chacune des 458 conventions collectives, le résultat complet et définitif de la mesure de représentativité.

Vous pouvoir voir en particulier la liste des 86 conventions collectives dans lesquelles l’UNSA est représentative.

UNSA, le service public au coeur


cartes-alf-9-dd33d.jpg

35e Congrès de Médecine et Santé au Travail


sometrav.pnglogo-sfmt.png
Le 35e Congrès de Médecine et Santé au Travail se déroulera du 5 au 8 juin 2018, au Palais des Congrès de Marseille.

Cette manifestation est coorganisée par la Société Française de Médecine du Travail, la Société de Médecine du Travail PACA et le service hospitalo-universitaire de Médecine et santé au travail d’Aix-Marseille avec la participation du réseau PRESANSE (services de santé au travail du Sud Est). Elle s’adresse à tous les professionnels de santé au travail et plus largement, à tous les partenaires sensibilisés par différents aspects de la santé au travail.

L’organisation de ces journées s’élabore dans le sillage réglementaire de la Loi Travail et du décret de décembre 2016 qui modifie l’organisation de la médecine du travail en empruntant le chemin du suivi individuel de l’état de santé du travailleur. Parmi les grands changements, nous retiendrons principalement qu’une visite d’information et de prévention par un professionnel de santé se substitue à la visite d’embauche par le médecin du travail et qu’un suivi individuel renforcé remplace la surveillance médicale renforcée. Parallèlement, l’avis d’aptitude médical dont la périodicité est déterminée par le médecin du travail ne reste désormais obligatoire que pour le suivi renforcé des travailleurs. Ce congrès, première réunion nationale des acteurs de la santé au travail après une période d’application des textes sera l’opportunité d’analyser tous ensemble les forces et les faiblesses de cette nouvelle réglementation du système français de santé au travail.

Plus d’infos ici.

Accord d'entreprise à Radio France


radio_france.pngplus_utile.png
La direction de Radio France a signé avec trois syndicats majoritaires un nouvel accord d’entreprise concernant les personnels techniques et administratifs ainsi que les musiciens du groupe, au terme d’une négociation entamée en 2009.
Partenaires sociaux, direction des ressources humaines et direction de la musique et de la création culturelle “ont travaillé ensemble tout au long de ces négociations dans un esprit de responsabilité pour aboutir à un accord moderne et équilibré qui permet à l’ensemble de nos collaborateurs de se projeter dans l’avenir”, a salué le PDG de Radio France Mathieu Gallet dans une déclaration transmise à l’AFP. Ce nouvel accord, signé par les syndicats SUD, UNSA et CFDT, remplace la convention collective qui datait de 1983 et entrera en vigueur au 1er mai. Il est complété par d’autres accords d’entreprises, précise un communiqué.

Un accord concernant les journalistes avait été conclu en 2015. Des négociations “sur les conditions d’emploi des salariés en CDD-U à Radio France” se poursuivront au deuxième trimestre, indique le communiqué. Ce nouvel accord propose notamment “une nouvelle nomenclature des emplois” qui intègre la dimension multimédia, “une meilleure lisibilité du système de rémunération” ou de “nouvelles modalités d’évolution de carrière”.

UNSA, le service public au coeur


cartes-alf-6-73df6.jpg

Vote FN : un danger, pas une solution !


danger.jpgL’UNSA a décidé d’interpeller les principaux candidats démocrates à l’élection présidentielle sur les grands dossiers économiques et sociaux qui la concernent.

Les éléments de ce dialogue peuvent contribuer à éclairer en partie nos adhérents et sympathisants sur le choix électoral personnel qu’ils auront à faire en tant que citoyen selon leur propre sensibilité politique.

Mais, en tant qu’organisation syndicale, l’UNSA ne donnera aucune de consigne de vote pour tel ou tel candidat, dès lors qu’il se situe dans l’arc démocratique républicain correspondant à notre charte des valeurs.

Tel n’est pas le cas du Front National et de sa candidate Marine Le Pen. Le FN, par les logiques discriminatoires et la conception autoritaire du pouvoir que son programme continue à porter, n’est pas un parti comme un autre.

A l’heure où les politologues estiment possible son accès au pouvoir d’Etat, l’UNSA est donc dans son rôle, au regard des valeurs démocratiques qui la fondent, en mettant en garde les salariés et les citoyens sur les conséquences d’un vote FN pour notre pays.

C’est pourquoi elle met à disposition en ligne un 4 pages revenant sur les grandes lignes du programme du FN.

A lire et à utiliser sans modération !

Voir le document en annexe

Représentativité dans les conventions collectives


Tous les organisations syndicales interprofessionnelles françaises seront désormais absentes des négociations dans des dizaines de conventions collectives parmi 458.

Jusqu’à présent, les syndicats des cinq organisations syndicales représentatives au niveau national (CGT, la CFDT, FO, CFTC ou CFE-CGC) pouvaient siéger dans toutes les branches. Désormais, pour être représentatif dans une branche, un syndicat doit y avoir recueilli 8 % des suffrages.

Voici le tableau du nombre de branches dans lesquelles les syndicats siègeront, ou pas.

Tableau_CC.jpg

Infographie sur la représentativité des organisations dans les 458 conventions collectives


infographie_cc.jpg

PS : pour UNSA 2013, il faut lire 58 et non 81.

Luc Bérille, secrétaire général de l’UNSA, a souligné que « dans un paysage syndical où les variations sont de faible ampleur et les évolutions lentes, en seulement quatre ans et malgré des moyens très modestes, incomparables à ceux consentis à ses concurrents, elle est l’organisation qui accroît le plus significativement ses voix (62 081 suffrages supplémentaires, soit une augmentation de 28,84 %, gagnant 1,06 point par rapport à 2013) ». Pour Luc Bérille, « le désert syndical français concerne la moitié des entreprises », où il n’y a pas d’institutions représentatives du personnel, et « l’extrême dispersion est une des raisons de la faiblesse du syndicalisme ».

Sans cacher sa « déception » sur le fait que l’UNSA n’ait pas conquis sa représentativité, il a rappelé qu’il avait toujours dit que « la marche était haute« . « La CFDT, a noté Luc Bérille, a beaucoup travaillé pour gagner sa première place, la CGT a beaucoup travaillé pour la perdre ». Interrogé sur la quasi égalité entre le bloc réformiste – CFDT, CFTC, UNSA – et le bloc dit contestataire – CGT et FO -, avec 41,21% pour le premier et 40,44% pour le second, la CFE-CGC se disant désormais non alignée, il a relativisé cette situation en notant que « dans les entreprises la pratique de la CFE-CGC ne correspond pas toujours au discours national ». Or, c’est à ce niveau que va se jouer de plus en plus l’avenir des négociations sociales.

Consultation IFOP pour le SE-Unsa


logo_se.pngDonnez-nous les moyens de faire notre travail et soutenez-nous!

Consultation Ifop pour le SE-Unsa : « Et moi, prof, je veux dire au prochain président ! »




> RÉSULTATS DU SONDAGE <



Dans le cadre de la campagne des élections présidentielles qui ne fait pas de l’École l’un des enjeux majeurs, le SE-Unsa s’invite dans le débat. Il rend publics les résultats d’une consultation commandée à l’Ifop : « Et moi, prof, je veux dire au prochain président ! ».



À travers une quinzaine de questions, le SE-Unsa a souhaité dégager les priorités des enseignants pour le prochain quinquennat.

Lire la suite...

- page 2 de 43 -

 

À propos | Contact | Administration