Unité syndicale contre la casse de l'Inspection du travail


itefa.jpgMardi 20 juin, entre 200 et 300 salariés et militants se sont rendus rue de Grenelle pour protester contre la baisse des effectifs de l’institution en charge de faire respecter le droit du travail dans les entreprises.

Tous là, (…) pour la mobilisation nationale à l’appel de nombreux syndicats : CGT, CFDT, UNSA, Sud, Force ouvrière, FSU et CNT (…). Tous dénoncent la baisse des postes dans l’Inspection du travail : depuis 2007, ils affirment les effectifs ont diminué de 20 %.

Lire l’article sur politis.fr

La Poste signe un accord sur la politique du logement


unsa_postes.jpgLa Poste a signé avec les organisations syndicales CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC et UNSA, un nouvel accord pour faciliter l’accès au logement au plus grand nombre de postières et de postiers.

Chaque année plus de 9 000 postiers sont bénéficiaires des aides et solutions logement proposées. Depuis 2006, La Poste a construit une politique logement “ambitieuse, au service de tous les postiers”. Elle s’inscrit dans des accords successifs négociés avec les partenaires sociaux.

Lire l’article sur businessimmo.com

Le statut commun adopté pour les collaborateurs du groupe Covéa


unsa_covea.pngLe 1er janvier 2018, les quelque 21 000 salariés du groupe Covéa seront régis par le même statut.

La CFDT et l’UNSA, représentant plus de 50% des salariés des entités autour de la table, ont signé les 13 accords qui se substitueront à plusieurs centaines d’accords historiques de Maaf, MMA et GMF.

Lire l’article sur newsassurancespro.com

Marseille : pénalisés par les bourdes de la Ville


territoriaux_vdm.jpgLes agents territoriaux mobilisés pour le retrait de deux dossiers montés en urgence qui impactent leur quotidien, à Marseille. Depuis 2002 les grilles horaires « atypiques  » des agents ne sont jamais passées devant le comité technique.

« L’intersyndicale a déposé un nouveau préavis pour un rassemblement devant Barjemon ce jour-là », précise Jocelyne Cozzolino, secrétaire générale Unsa Territoriaux, qui entend interpeller les élus.

Lire ici l’article de Myriam Guillaume dans La Marseillaise.

Les syndicats rappellent leur opposition à l'ordre infirmier


UNSA_Sante_sociaux.jpgCFTC, CGT, FO, FSU , SUD et UNSA poursuivent leur combat contre l’Ordre national infirmier.

Les six syndicats demandent à la nouvelle ministre de la santé Agnès Buzin d’abroger par une loi l’Ordre infirmier, une instance qu’ils jugent “illégitime” pour les infirmiers salariés.

Lire en annexe le texte de l’intersyndicale

Manpower s’engage sur la qualité de vie au travail de ses salariés permanents


fcs.jpgLa direction de Manpower a signé, le 9 février 2017, avec les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC et Unsa, un accord relatif à la qualité de vie au travail.

Ce texte, qui s’inscrit dans la continuité d’accords en vigueur, vise notamment à développer la politique de prévention des risques professionnels et à mieux prendre en compte le bien-être psychique des salariés. Il est entré en vigueur depuis le 1er mars 2017 et s’applique pour une durée d’un an.

Lire ici l’article paru sur wk-ce.fr

SFR accélère la baisse des effectifs


logo-unsa-com.pngSelon le projet d’accord négocié entre la fin mai et le 6 juin par l’UNSA, la CFDT et la CFE-CGC, SFR va procéder à la suppression de 3 300 postes, afin que le groupe « passe sous la barre des 10 000  » avant la fin de l’année. Parmi eux, 600 font partie du Service Client, une division qui devrait être reprise par le groupe marocain Intelcia, également membre du groupe Altice.

Les salariés qui souhaitent bénéficier de ce plan de départs doivent faire part de le souhait avant la fin du mois de novembre. Les employés volontaires vont percevoir une indemnité de deux à trois mois de salaire par année d’ancienneté plafonnée à 20 ans. Les concernés bénéficient également d’un « congé de reclassement jusqu’à 20 mois avec possibilité de retour dans l’entreprise moyennant le remboursement de l’indemnité de départ ».

Les plus à plaindre sont donc finalement ceux qui restent, pour l’UNSA. En effet, cette nouvelle organisation est « conditionnée à la mise en place de nouveaux outils qui ne sont pas encore là ». Aussi, le syndicat s’inquiète « pour la charge de travail de ceux qui restent dans le groupe » et craint « une année 2018 très compliquée ».

À terme, SFR doit organiser le départ volontaire de 5 000 salariés.

Le point sur les rythmes scolaires


SE_13.jpgLe DASEN (Directeur académique des services de l’éducation nationale) a réuni par téléphone les organisations syndicales représentatives des Bouches du Rhône. Il souhaitait faire un point d’étape sur les deux gros chantiers que le ministère a mis en œuvre, les rythmes scolaires et le dédoublement des Cours Préparatoires en REP+.

Pour ce qui concerne les rythmes, la philosophie du ministère est de ne pas défaire ce qui marche bien et se donner le temps d’échanges et de réflexion nécessaire pour sortir des rythmes actuels, si c’est le choix.

Dans plusieurs communes, les PEDT venant à échéance au 1er septembre 2017 seront prolongés en accord avec le Préfet à l’égalité des chances.

Lire la suite...

Mim : l’État enterre le projet de reprise des salariés


seci.jpgL’État n’a pas accordé aux salariés de l’enseigne de mode à petits prix, placée en liquidation judiciaire, le prêt nécessaire pour déposer leur offre. Dans le cadre du plan de rachat partiel validé par la justice, 791 salariés en CDI sont licenciés.

Les salariés de Mim s’accrochaient à cet ultime dernier espoir : un projet de Scop qu’ils espéraient voir aboutir. De quoi reprendre 110 magasins et réembaucher 500 personnes.

Lire la suite...

Grève illimitée à France Bleu


Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, SNJ, SUD, UNSA ont déposé un préavis de grève à durée illimitée à partir de ce 11 juin à 13h. En cause, le projet de la direction de France Bleu pour la rentrée qui est “l’illustration même de la fracture territoriale et du fossé qui se creuse entre les décideurs et les auditeurs et salariés”.

Lire la suite...

SNCF ; les quatre syndicats représentatifs lancent une alarme sociale


unsa_ferroviaire_1.jpgLes quatre organisations syndicales représentatives à la SNCF, la CGT, l’UNSA, la CFDT et SUD Rail ont décidé de déposer une alarme sociale, c’est-à-dire une « demande de concertation immédiate ». Les syndicats convoqués jeudi dans le cadre du CHSCT « ont fait le constat de l’absence de réponses concrètes et complètes face à la dégradation rapide et inquiétante des conditions de vie et de travail des cheminots », écrivent -ils dans un communiqué.

D’après eux, «le premier trimestre 2017 a été marqué par un nombre exceptionnel d’accidents graves, plusieurs suicides ou tentatives et de nombreux accidents mortels. Dans la plupart des situations, l’organisation de la production, les moyens humains et matériels, les objectifs irrationnels et donc souvent inatteignables, une ambiance favorisant la répression et les pressions managériales, sont mis en exergue ».

Le dispositif de « l’alarme sociale » permet à un groupe de syndicats d’obtenir de la direction la tenue d’une réunion, dans un délai de cinq jours, pour examiner toute question susceptible de devenir conflictuelle.

Rassemblement à Aubagne pour la défense de l'hôpital


UNSA_Sante_sociaux.jpgMessage de l’intersyndicale du Centre hospitalier d’Aubagne, suite à la décision de transfert du service réanimation vers le privé.

L’heure est venue, puisque nous n’avons, à ce jour, aucune réponse concernant nos demandes de rendez vous à Monsieur d’Harcourt, à Monsieur Gazay, à Monsieur Deflesselles, à Madame Barthélémy, de montrer notre détermination !

Non, nous ne voulons pas du transfert de notre belle et brillante réanimation vers le privé.

Non, nous ne voulons pas de l’affaiblissement dans lequel se trouverait notre hôpital si cela se produisait.

Non, nous ne voulons pas de suppressions de postes.

Rassemblement samedi 3 juin, de 10h30 à 12h, au cours Foch, près du marché à Aubagne

Venez nombreux, avec vos enfants, vos parents, vos amis, vos voisins…

Parlez en autour de vous dans vos villes, dans vos villages…

Portez des banderoles, des slogans, des chansons, des instruments de musiques…

Lire le tract en annexe

Dépénalisation du cannabis. UNSA Police approuve


unsa_police.jpgGérard Collomb, le ministre de l’intérieur a annoncé qu’il comptait mettre en place des contraventions pour les utilisateurs de marijuana d’ici trois ou quatre mois.
Dans son programme pour la présidentielle, Emmanuel Macron prévoyait d’instaurer une simple contravention pour l’usage et la détention de cannabis, au lieu d’une éventuelle peine de prison et un passage devant un tribunal.

Philippe Capon, secrétaire général UNSA Police s’est félicité de cette annonce. « Monsieur le ministre, en faisant l’application de cette revendication syndicale de longue date, répond à une demande forte de simplification et d’allégement du travail, sans sacrifier à l’efficacité », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Favorable à « une simplification des procédures pénales », le syndicat estime que « les procédures habituelles concernant les usagers (de drogue) se révélaient jusqu’à présent trop lourdes au vu des sanctions pénales, et trop chronophages pour les services de police » et n’avaient de plus « jamais démontré la moindre efficacité en matière de lutte contre les trafics “.

Lire l’argumentaire de Philippe Capon paru sur la-croix.com

Le fait syndical en entreprise : des propositions de l’UNSA, la CFDT et Terra Nova


Depuis 1968, la France tente de rattraper son retard dans la reconnaissance du fait syndical en entreprise.

Une accélération a été donnée au dialogue social national en 2007 (loi Larcher), amplifiée en 2012 (conférences sociales et accords interprofessionnels), qu’il faut maintenant poursuivre. Le dialogue social d’entreprise a été récemment largement renforcé : légitimation des organisations syndicales représentatives par le vote des salariés en 2008, création de la base de données économiques et sociales en 2013, refonte des informations-consultations et négociation de l’agenda social d’entreprise en 2015, renforcement de la négociation d’entreprise en 2016…

Cette reconnaissance est en effet à la fois une avancée démocratique et un impératif de compétitivité. Car comme le disait Jean Auroux, ancien Ministre du Travail, « l’entreprise ne peut plus être le lieu du bruit des machines et du silence des hommes ».

Lire la note Terra Nova-CFDT-Unsa sur le fait syndical en entreprise

Les personnels des Direccte en grève jeudi 18 mai


logo_ITEFA.pngÀ l’appel d’une intersyndicale CFDT, CGT, CNT, FO, FSU, SUD et UNSA des Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte), les agents du ministère du Travail étaient en grève, jeudi, pour dénoncer les suppressions d’emplois massives dans l’ensemble de la France.

Il s’agissait pour eux de protester contre la fonte régulière et continue de leurs effectifs depuis 2011, et des dizaines de suppressions d’emplois encore prévues.

Mim : le projet de Scop porté par l'ex délégué UNSA maintenu malgré la liquidation


seci.jpgAlors que l’enseigne française de mode féminine a été placée en liquidation judiciaire le 26 avril dernier, le groupe de salariés à l’origine du projet de reprise par le biais d’une Scop - qui n’avait pas retenu l’attention du tribunal – maintient son ambition de relancer Mim. Ces derniers, emmenés par Michaël Gharbi, ex-délégué syndical Seci-Unsa chez Mim, préparent un nouveau dossier afin de convaincre le liquidateur.

« Nous allons soumettre un package comprenant le rachat de 110 magasins répartis dans toute la France, le nom de marque, l’activité e-commerce, ainsi que le siège », détaille-t-il. Seule condition à la poursuite de cet objectif, que l’Etat donne son accord pour un éventuel prêt FDES (fonds de développement économique et social) à hauteur de 10 millions d’euros.

Reste également la question du personnel. Si le projet de coopérative est plébiscité, il faudra pour Michaël Gharbi recontacter et convaincre les ex-salariés Mim pour les réembaucher. 500 emplois pourraient être recréés. « Nous comptons pour l’instant sur le soutien d’une centaine de personnes », livre le délégué syndical de l’enseigne qui était détenue depuis 2014 par le groupe Main Asia.

Concernant la stratégie de relance, les défenseurs de la coopérative visent des boutiques Mim situées dans « des petites villes, de 2ème, 3ème et 4ème zone où l’offre prêt-à-porter n’est pas pléthorique, et qui fonctionnaient encore bien ». Côté style, l’ambition est de revenir à l’ADN de la marque, à savoir une ligne de basiques mixée à une offre fast fashion. Le tout en travaillant avec de nouveaux fournisseurs.

Plan social annulé chez IBM


unsa_ibm.jpgLa Cour d’Appel administrative de Versailles a confirmé l’annulation de l’homologation du plan social d’entreprise 2016 d’IBM France visant à supprimer 360 postes, dont 60 licenciements secs dans ses services. La justice a invoqué un non-respect des catégories professionnelles.

Lire la suite...

Retour sur le vote Le Pen par proximité syndicale


Dans le cadre du premier tour de l’élection présidentielle, Harris Interactive a réalisé dimanche 23 avril une enquête afin de mieux qualifier le vote des électeurs. Pour Liaisons Sociales Quotidien – Wolters Kluwer, Harris Interactive a analysé le vote au regard de la proximité syndicale.

Vous pouvez en lire les résultats sur ce blog.

Vous découvrirez ainsi que Madame Le Pen a obtenu 14 % des suffrages chez les sympathisants ou adhérents de l’UNSA.



Certes ce chiffre est inférieur au résultat national. Il n’en demeure pas moins stupéfiant, et insupportable. Pour se convaincre de l’incohérence de ce vote, il suffit de lire ou relire les textes publiés par le FN et le programme de sa candidate.

Lire la suite...

Magasins Tati : l’intersyndicale CGT, CGC, UNSA appelle les salariés à la grève


seci.jpgLa justice a examiné mardi la demande faite le 2 mai 2017 par la direction d’Agora Distribution, maison-mère de Tati, de placer l’enseigne à bas prix en redressement judiciaire, et annoncera jeudi si elle donne son feu vert à cette procédure visant à éviter la liquidation.

Le groupe Eram* s’est conduit de manière totalement déloyale vis à vis des salariés et de leurs représentants. Prétextant une dette de 5,7 millions d’euros qui n’existait pas un mois plus tôt, il tente à présent d’échapper à ses responsabilités sociales en faisant financer le plan de licenciements par l’État et donc les contribuables.

Mais aujourd’hui, ce sont a minima 700 des 1 720 emplois de Tati qui sont menacés. Le personnel n’a pas obtenu l’assurance d’être payé de son salaire d’avril !

  • Agora Distribution, filiale du groupe Eram, comprend en plus de Tati, les enseignes Fabio Lucci, Gigastore et Degrif’Mania, dont les salariés, là aussi, redoutent une casse sociale. La société emploie 1 754 personnes, dont 1 314 chez Tati, et compte 140 magasins en France, dont 115 Tati.

3 magasins Tati sont présents dans les Bouches-du-Rhône : Aubagne, Istres, Plan-de-Campagne.

Lire la suite...

1er mai républicain intersyndical


1er_mai_2017.jpg
Lundi 1er mai, l’UNSA 13 a participé au pique-nique républicain organisé à Fos-sur-Mer par la CFDT. Cette manifestation a été l’occasion d’exprimer conjointement notre opposition à l’extrême droite, et notre appel commun à voter pour empêcher sa représentante d’accéder à la présidence de la République.

Vous trouverez ci-dessous l’intervention de Gilles Prou-Gaillard, Secrétaire général UNSA 13.

Lire la suite...

- page 1 de 43

 

À propos | Contact | Administration