Dépénalisation du cannabis. UNSA Police approuve


unsa_police.jpgGérard Collomb, le ministre de l’intérieur a annoncé qu’il comptait mettre en place des contraventions pour les utilisateurs de marijuana d’ici trois ou quatre mois.
Dans son programme pour la présidentielle, Emmanuel Macron prévoyait d’instaurer une simple contravention pour l’usage et la détention de cannabis, au lieu d’une éventuelle peine de prison et un passage devant un tribunal.

Philippe Capon, secrétaire général UNSA Police s’est félicité de cette annonce. « Monsieur le ministre, en faisant l’application de cette revendication syndicale de longue date, répond à une demande forte de simplification et d’allégement du travail, sans sacrifier à l’efficacité », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Favorable à « une simplification des procédures pénales », le syndicat estime que « les procédures habituelles concernant les usagers (de drogue) se révélaient jusqu’à présent trop lourdes au vu des sanctions pénales, et trop chronophages pour les services de police » et n’avaient de plus « jamais démontré la moindre efficacité en matière de lutte contre les trafics “.

Lire l’argumentaire de Philippe Capon paru sur la-croix.com

Le fait syndical en entreprise : des propositions de l’UNSA, la CFDT et Terra Nova


Depuis 1968, la France tente de rattraper son retard dans la reconnaissance du fait syndical en entreprise.

Une accélération a été donnée au dialogue social national en 2007 (loi Larcher), amplifiée en 2012 (conférences sociales et accords interprofessionnels), qu’il faut maintenant poursuivre. Le dialogue social d’entreprise a été récemment largement renforcé : légitimation des organisations syndicales représentatives par le vote des salariés en 2008, création de la base de données économiques et sociales en 2013, refonte des informations-consultations et négociation de l’agenda social d’entreprise en 2015, renforcement de la négociation d’entreprise en 2016…

Cette reconnaissance est en effet à la fois une avancée démocratique et un impératif de compétitivité. Car comme le disait Jean Auroux, ancien Ministre du Travail, « l’entreprise ne peut plus être le lieu du bruit des machines et du silence des hommes ».

Lire la note Terra Nova-CFDT-Unsa sur le fait syndical en entreprise

Les personnels des Direccte en grève jeudi 18 mai


logo_ITEFA.pngÀ l’appel d’une intersyndicale CFDT, CGT, CNT, FO, FSU, SUD et UNSA des Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte), les agents du ministère du Travail étaient en grève, jeudi, pour dénoncer les suppressions d’emplois massives dans l’ensemble de la France.

Il s’agissait pour eux de protester contre la fonte régulière et continue de leurs effectifs depuis 2011, et des dizaines de suppressions d’emplois encore prévues.

Mim : le projet de Scop porté par l'ex délégué UNSA maintenu malgré la liquidation


seci.jpgAlors que l’enseigne française de mode féminine a été placée en liquidation judiciaire le 26 avril dernier, le groupe de salariés à l’origine du projet de reprise par le biais d’une Scop - qui n’avait pas retenu l’attention du tribunal – maintient son ambition de relancer Mim. Ces derniers, emmenés par Michaël Gharbi, ex-délégué syndical Seci-Unsa chez Mim, préparent un nouveau dossier afin de convaincre le liquidateur.

« Nous allons soumettre un package comprenant le rachat de 110 magasins répartis dans toute la France, le nom de marque, l’activité e-commerce, ainsi que le siège », détaille-t-il. Seule condition à la poursuite de cet objectif, que l’Etat donne son accord pour un éventuel prêt FDES (fonds de développement économique et social) à hauteur de 10 millions d’euros.

Reste également la question du personnel. Si le projet de coopérative est plébiscité, il faudra pour Michaël Gharbi recontacter et convaincre les ex-salariés Mim pour les réembaucher. 500 emplois pourraient être recréés. « Nous comptons pour l’instant sur le soutien d’une centaine de personnes », livre le délégué syndical de l’enseigne qui était détenue depuis 2014 par le groupe Main Asia.

Concernant la stratégie de relance, les défenseurs de la coopérative visent des boutiques Mim situées dans « des petites villes, de 2ème, 3ème et 4ème zone où l’offre prêt-à-porter n’est pas pléthorique, et qui fonctionnaient encore bien ». Côté style, l’ambition est de revenir à l’ADN de la marque, à savoir une ligne de basiques mixée à une offre fast fashion. Le tout en travaillant avec de nouveaux fournisseurs.

Plan social annulé chez IBM


unsa_ibm.jpgLa Cour d’Appel administrative de Versailles a confirmé l’annulation de l’homologation du plan social d’entreprise 2016 d’IBM France visant à supprimer 360 postes, dont 60 licenciements secs dans ses services. La justice a invoqué un non-respect des catégories professionnelles.

Lire la suite...

Retour sur le vote Le Pen par proximité syndicale


Dans le cadre du premier tour de l’élection présidentielle, Harris Interactive a réalisé dimanche 23 avril une enquête afin de mieux qualifier le vote des électeurs. Pour Liaisons Sociales Quotidien – Wolters Kluwer, Harris Interactive a analysé le vote au regard de la proximité syndicale.

Vous pouvez en lire les résultats sur ce blog.

Vous découvrirez ainsi que Madame Le Pen a obtenu 14 % des suffrages chez les sympathisants ou adhérents de l’UNSA.



Certes ce chiffre est inférieur au résultat national. Il n’en demeure pas moins stupéfiant, et insupportable. Pour se convaincre de l’incohérence de ce vote, il suffit de lire ou relire les textes publiés par le FN et le programme de sa candidate.

Lire la suite...

Magasins Tati : l’intersyndicale CGT, CGC, UNSA appelle les salariés à la grève


seci.jpgLa justice a examiné mardi la demande faite le 2 mai 2017 par la direction d’Agora Distribution, maison-mère de Tati, de placer l’enseigne à bas prix en redressement judiciaire, et annoncera jeudi si elle donne son feu vert à cette procédure visant à éviter la liquidation.

Le groupe Eram* s’est conduit de manière totalement déloyale vis à vis des salariés et de leurs représentants. Prétextant une dette de 5,7 millions d’euros qui n’existait pas un mois plus tôt, il tente à présent d’échapper à ses responsabilités sociales en faisant financer le plan de licenciements par l’État et donc les contribuables.

Mais aujourd’hui, ce sont a minima 700 des 1 720 emplois de Tati qui sont menacés. Le personnel n’a pas obtenu l’assurance d’être payé de son salaire d’avril !

  • Agora Distribution, filiale du groupe Eram, comprend en plus de Tati, les enseignes Fabio Lucci, Gigastore et Degrif’Mania, dont les salariés, là aussi, redoutent une casse sociale. La société emploie 1 754 personnes, dont 1 314 chez Tati, et compte 140 magasins en France, dont 115 Tati.

3 magasins Tati sont présents dans les Bouches-du-Rhône : Aubagne, Istres, Plan-de-Campagne.

Lire la suite...

1er mai républicain intersyndical


1er_mai_2017.jpg
Lundi 1er mai, l’UNSA 13 a participé au pique-nique républicain organisé à Fos-sur-Mer par la CFDT. Cette manifestation a été l’occasion d’exprimer conjointement notre opposition à l’extrême droite, et notre appel commun à voter pour empêcher sa représentante d’accéder à la présidence de la République.

Vous trouverez ci-dessous l’intervention de Gilles Prou-Gaillard, Secrétaire général UNSA 13.

Lire la suite...

Face à la haine, face à Le Pen, la République Réplique


face_a_la_haine.jpgLes résultats inquiétants du premier tour de l’élection présidentielle ont placé l’extrême-droite, à travers Marine Le Pen, au second tour ; une mobilisation citoyenne s’impose pour réaffirmer notre attachement aux valeurs de la République et de la démocratie.
Madame Le Pen a beau avoir bénéficié de maintes complaisances médiatiques, intellectuelles et politiques dans son entreprise de banalisation, elle n’en demeure pas moins une ennemie de ces valeurs.

Ce jeudi 4 mai à Paris, un grand concert sera donné sur la place de la République de 18h00 à minuit. Une vingtaine d’artistes et de personnalités viendront animer cet événement citoyen majeur.






Lire la suite...

Mesure de l'audience syndicale interprofessionnelle en Paca et dans le 13


Representativite_locale.jpg

Vous trouverez en annexe les chiffres complets par région et par département.

1er mai républicain


1er_mai.pngLa CFDT appelle à un pique-nique républicain le 1er Mai à Fos-sur-Mer.
L’UNSA 13 a décidé de s’y associer afin d’exprimer, ensemble, notre opposition à la vision réactionnaire et identitaire du Front national et pour appeler à voter pour le candidat républicain au second tour de la présidentielle.

L’Union départementale UNSA des Bouches-du-Rhône appelle donc tous ses militants et militantes à participer nombreux le 1er mai à midi, sur la plage, face à la maison de la Mer (Traverse du Canal, 13270 Fos-sur-Mer).

Les inscriptions se font à : contact@cfdt13.fr ou 04 91 33 40 73

Le pique-nique républicain sera suivi d’une conférence de presse commune. Ce sera l’occasion de réaffirmer les valeurs de l’UNSA, incompatibles avec les idées portées par une extrême droite aux portes du pouvoir.

Retrouvez en annexe l’appel national.

L'UNSA 13 aussi


danger.jpgEn tant qu’organisation syndicale, l’UNSA n’a pas donné de consigne de vote pour le premier tour de l’élection présidentielle, en faveur de tel ou telle candidat(e) se situant dans l’arc démocratique et républicain.

Tel n’est pas le cas du Front National et de sa candidate, Marine Le Pen, dont le programme, fondé sur une conception autoritaire du pouvoir, sur le nationalisme et la xénophobie, menacerait la démocratie, fracturerait violemment le pays et l’exposerait à des conséquences sociales et économiques graves.

C’est pourquoi l’UNSA, parce qu’elle est une organisation syndicale fondée sur une charte des valeurs, est aussi dans son rôle en mettant en garde contre les conséquences qu’aurait un tel vote.

Par conséquent, et comme elle l’avait fait à l’occasion du second tour des élections régionales de 2015, l’Union départementale UNSA des Bouches-du-Rhône appelle expressément à barrer la route au Front National, en votant pour Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle.

L'UNSA appelle à faire barrage au Front National


danger.jpgLe Conseil National de l’UNSA, réuni le 26 avril 2017, appelle les salariés et les citoyens à faire barrage à Marine Le Pen et au Front National en utilisant le 7 mai prochain le bulletin Macron, seul candidat républicain en lice.

Fidèle à sa charte des valeurs, l’UNSA ne peut en effet qu’alerter sur le danger de l’arrivée au pouvoir d’État d’une candidate dont le programme, fondé sur une conception autoritaire du pouvoir, sur le nationalisme et la xénophobie, menacerait la démocratie dont le syndicalisme est une expression, fracturerait violemment le pays et l’exposerait à des conséquences sociales et économiques graves.

Pour l’UNSA, dans ce moment très sensible de la vie de notre pays, la préservation du cadre démocratique, des libertés fondamentales, dont la liberté syndicale, et du vivre ensemble républicain est une exigence absolue. En portant cette exigence par le bulletin de vote, l’UNSA ne donne de chèque en blanc à personne. Elle ne renonce en rien à ses mandats, à sa liberté d’analyse, de revendication et d’action, et à son indépendance.

La réanimation de l’hôpital d’Aubagne dans le viseur de l’ARS.


UNSA_Sante_sociaux.jpgLe schéma régional d’organisation des soins (SROS) 2012-2016 indiquait déjà la fermeture de quelques sites de réanimation dans les Bouches-du-Rhône.

L’analyse des besoins de ce territoire doit prendre en compte l’offre proposée par établissement. La pénurie des professionnels, l’optimisation des prises en charge et la pérennisation de la permanence des soins conduisent à la suppression de quatre sites.

Ces suppressions font suite :

- au regroupement d’activités dans le cadre de la création d’une structure nouvelle issue du regroupement de deux établissements.
- aux regroupements de 4 unités de 8 lits sur des zones géographiques très proches pour des impératifs de qualité et de sécurité des soins.
- à la réorganisation d’un établissement multi sites répondant aux exigences sécuritaires.

L’hôpital d’Aubagne, qui était en concurrence avec un hôpital privé voisin, s’est vu octroyé le renouvellement de son autorisation d’activité de réanimation en janvier 2017, pour une durée de 5 ans.
Or, curieusement, nous apprenons que le nouveau directeur de l’ARS veut aboutir au transfert de cette activité vers l’hôpital privé. Il a déjà procédé au changement de directeur par intérim (7 ans) par une nouvelle directrice par intérim dans l’attente de la nomination d’un nouveau chef d’établissement.

L’intersyndicale s’est réunie et a décidé d’interpeller la population et les agents pour leur expliquer les conséquences de ce transfert.

Une conférence de presse est prévue le 4 mai à 14h à l’hôpital.

Pour l’instant aucune action n’est envisagée dans l’attente de l’annonce de la feuille de route imposée par l’ARS à la directrice par intérim.

Lire en annexe le tract de l’intersyndicale.

Election présidentielle : le vote au premier tour selon la proximité syndicale


Dans le cadre du premier tour de l’élection présidentielle, Harris Interactive a réalisé ce dimanche 23 avril une enquête afin de mieux qualifier le vote des électeurs. Pour Liaisons Sociales Quotidien – Wolters Kluwer, Harris Interactive a analysé le vote au regard de la proximité syndicale.

Note-Harris-vote-1er-tour-de-lelection-presidentielle-proximite-syndicale-Liaisons-sociales.jpg

Enquête réalisée en ligne le dimanche 23 avril 2017 en journée. Échantillon de 7 191 inscrits sur les listes électorales, issus d’un échantillon représentatif de 7830 Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Retrouvez les détails de l’enquête ici.

Dimanche 23 avril : votez !


drapeau.jpg

Ce dimanche 23 avril se déroulera le premier tour de l’élection présidentielle. L’enjeu de ce scrutin ne doit échapper à personne. Il s’agit en effet de désigner le ou la Présidente de la République qui, pendant cinq ans, se trouvera à la tête du pays. Or, en France, cette fonction est d’autant plus importante que la constitution donne au chef de l’Etat des pouvoirs très importants.

Ce choix appartient aux citoyens et à eux seuls. C’est pourquoi l’UNSA appelle toutes et tous les électeurs à ne pas s’en détourner et à faire massivement usage de leur droit de vote.

L’UNSA a interpellé les principaux candidats démocrates à partir de ses propres propositions syndicales en matière économique et sociale. Elle a rendu compte de ces entretiens régulièrement dans UNSA Infos. Ils ne recoupent pas l’ensemble du champ politique mais peuvent contribuer à éclairer les choix de chacune et de chacun.

A chaque électrice, à chaque électeur désormais de choisir, selon ses convictions personnelles.

En tant qu’organisation syndicale, l’UNSA n’a pas à donner de consigne de vote en faveur de tel ou telle candidat(e) se situant dans l’arc démocratique et républicain. Tel n’est pas le cas du Front National et de sa candidate, Marine Le Pen, dont le programme, fondé sur une conception autoritaire du pouvoir, sur le nationalisme et la xénophobie, menacerait la démocratie, fracturerait violemment le pays et l’exposerait à des conséquences sociales et économiques graves. C’est pourquoi l’UNSA, parce qu’elle est une organisation syndicale fondée sur une charte des valeurs, est aussi dans son rôle en mettant en garde contre les conséquences qu’aurait un tel vote.

Avec UNSA-VTC, la plateforme Uber est attaquée aux prud'hommes


unsa_vtc.jpgComme annoncé jeudi par un représentant de l’UNSA, une dizaine de dossiers de chauffeurs VTC attaquant les plateformes ont été déposés vendredi aux prud’hommes pour tenter d’obtenir la requalification de leurs contrats de partenariat en contrats de travail, selon les informations du Figaro.

Les chauffeurs en question accusent Uber de “salariat déguisé”.

Lire la suite...

Service public : Impartialité, Neutralité, Intégrité


cartes-alf-8-42cfd.jpg

La santé au coeur des missions du service public


cartes-alf-7-ce07f.jpg

Représentativité dans les conventions collectives


_fort.pngPour être représentatif dans une branche, un syndicat doit y avoir recueilli 8 % des suffrages.

Vous trouverez en annexe un tableau présentant, pour chacune des 458 conventions collectives, le résultat complet et définitif de la mesure de représentativité.

Vous pouvoir voir en particulier la liste des 86 conventions collectives dans lesquelles l’UNSA est représentative.

- page 1 de 42

 

À propos | Contact | Administration